Cap sur la Grande Barrière de Corail | Tara, un voilier pour la planète

Cap sur la Grande Barrière de Corail

© Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

25 août 2017

Ce jeudi matin à 10 heures locales, Tara a repris sa route cap au nord-est après avoir parcouru en sens inverse cette magnifique Baie de Sydney. Les conditions étaient encore optimales : soleil, ciel bleu, avec en plus, dès la sortie du goulet, un vent portant de sud établi à 25 nœuds. Il nous faudra environ quatre jours pour rallier un premier spot au sud de la Grande Barrière de Corail : la magnifique île de Heron Island. Un confetti vert sur un océan de nuances de bleus.

 

Après avoir quitté le quai de l’Australian Maritime Museum en marche arrière, Simon Rigal notre capitaine, a relancé les deux moteurs de Tara vers l’avant, vers de nouvelles aventures. Les sept nouveaux arrivants, principalement des scientifiques, ont pu goûter au privilège de traverser à bord de la goélette l’une des plus belles baies naturelles au monde. Pour certains, nous quittions un peu à regrets Sydney tant cette ville est paisible et agréable.

 

1-credit clementine moulinTara manœuvre pour sortir du Darling Harbour à Sydney après une escale d’une semaine. © Clémentine Moulin / Fondation Tara Expéditions

 

Mais ce qui nous attend devant l’étrave, en dehors de la carte postale, est l’un des clous de cette deuxième année de Tara Pacific : the Great Barrier Reef *. La plus grande structure corallienne de la planète construite par ce surprenant animal, le polype. Ce qu’il a fait là, lui qui a une taille variant d’un millimètre à peine à trente centimètres au maximum, est visible depuis l’espace. Le polype, un architecte-constructeur ? Un pléonasme !

 

À la faveur de ces vents portants, ce qui contrastait avec la précédente navigation face à la mer, les marins n’ont pas tardé à hisser les voiles de Tara et dérouler le foc yankee. Quelques heures après avoir quitté Sydney nous marchons à un peu plus de sept nœuds en moyenne, très confortablement.

 

Nous devrions être en vue de Heron Island lundi prochain, six cent miles nautiques soit environ 1000 km plus au nord. D’ici là, nous ferons du cabotage en arrondissant notre route vers la gauche, vers l’ouest, jusqu’à destination : Newcastle, Port Macquarie et la Gold Coast avant de laisser à bâbord l’île Frazer. Nous ne voyons déjà plus la côte, mais elle n’est pourtant pas bien loin comme en attestent les cartes marines.

 

10-photo 15_Fanche parle aux dauphins_Vincent Hilaire© Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

 

Tout à l’heure, après que les voiles furent réglées, un banc de quatre grands dauphins est venu nous saluer à l’étrave, nous offrant quelques sauts et pirouettes dont ils ont le secret.

Les premiers quarts ont commencé. Nous nous installons à nouveau, en douceur cette fois, dans ce rythme si particulier que nous impose la mer.

 

Vincent Hilaire

*La Grande Barrière de corail

Articles associés