Les p’tits bonheurs | Tara, un voilier pour la planète

Les p’tits bonheurs

© JL.Jamet/Tara Expéditions

2 octobre 2014

Ce sont ces petits moments qui tiennent à pas grand chose, ces instants qui rythment la vie à bord et font le bonheur de chacun. La cloche que l’on aime sonner à l’heure des repas, réflexe enfantin, exquis, que d’être autorisé à faire du bruit. Ce sont aussi les odeurs qui émanent des fourneaux dès 10h du matin, circulent dans le carré pour venir nous chatouiller les narines jusque dans le PC Com. Impossible de résister à l’envie d’aller jeter un œil en cuisine pour découvrir ce que Do (Dominique Limbour), notre cuisinière, est en train de concocter. Certains procèdent même à un « contrôle qualité », sans y être vraiment autorisés. 

Pour les marins, aucun doute, les repas donnent le rythme et bien manger à bord relève de l’impératif. Le moral des troupes dépend en partie de la satisfaction des estomacs. Et la fée cuisinière remplit sa fonction à merveille. Pour les gourmands, comme Nico (Nicolas de la Brosse), notre second, le p’tit bonheur tient dans un bol de Chocapic au réveil. Gare aux malicieuses qui s’amuseraient à le lui cacher !

Chargée de préparer le petit-déjeuner, Do prend plaisir à se lever avant tout le monde, pour se faire un thé, au calme, ou piquer une tête en solitaire. Egoïste ? Non, savoir trouver du temps pour soi est nécessaire lorsqu’on vit à 14, pendant plusieurs mois, sur un bateau. Certains diraient même salvateur ! Pas étonnant alors que les marins apprécient tant les fameux quarts de nuit, moments privilégiés pour « être maître du bateau » ou pour « avoir le bateau pour soi ». Se réveiller en pleine nuit et assurer son quart n’a rien d’une corvée : 2h de liberté qui ravissent Mathieu (Mathieu Oriot) et lui laissent du temps pour bouquiner ou noircir les pages de son Moleskine.

En navigation, le quart s’effectue en duo : un marin et un scientifique veillent ensemble sur le bateau et à la sécurité de tous. Dans l’intimité de la timonerie, il n’y a pas de meilleure occasion pour échanger, refaire le monde et créer du lien. Le meilleur quart ? Celui de 4h à 6h : « au début il fait nuit noire, tout le monde dort » confie Nico, « puis la vie reprend doucement, le soleil se lève et tu aperçois des petites têtes apparaître dans le bateau. »

Ici, à bord de Tara, les petits bonheurs sont multiformes : marcher pied nu et tanner ses plantes de pied jusqu’à ce qu’elles deviennent épaisses comme du cuir ; s’accorder une pause lecture après avoir soigneusement choisi son ouvrage. Confortablement installé dans la baume du grand mât, le lecteur peut partir à la chasse aux mammouths aux côtés de Bernard Buigues ou, comme Samuel, percer le secret de l’île de Pâques assis sur l’étrave.

Lors des changements d’équipages, comme aujourd’hui, un basculement entre présent et passé s’opère. Tous ces instants privilégiés se transforment en autant de souvenirs et avec l’arrivée des nouveaux, les petits bonheurs de Tara continuent de s’écrire.

 

Noëlie Pansiot

 

Articles associés : 

- Point de vue de Clémence Lesacq, écrivain embarquée, sur l’expédition tara Méditerranée. 

- Le lien entre ce qui se passe à bord et le reste du monde.

- Programme de l’expédition Tara Méditerranée.