L’EXPEDITION TARA OCEANS POLAR CIRCLE | Tara, un voilier pour la planète

L’EXPEDITION TARA OCEANS POLAR CIRCLE

©

19 mai 2013

DEPUIS LE 19 MAI 2013, LE VOILIER TARA ENTREPREND UNE CIRCUMNAVIGATION DE L’OCÉAN ARCTIQUE DE 25 000 KMS EN SIX MOIS, PAR LES PASSAGES DU NORD-EST ET DU NORD OUEST, DANS UN BUT SCIENTIFIQUE ET PÉDAGOGIQUE. CETTE EXPÉDITION INTERNATIONALE SE FAIT EN COLLABORATION AVEC LES PAYS RIVERAINS DE L’OCÉAN ARCTIQUE, EN ASSOCIATION AVEC LA FONDATION PRINCE ALBERT II DE MONACO ET AGNES B.

Suivez Tara en direct sur Google Earth, et constatez la fonte des glaces.

 

map-polar-circle

 

L’APPROCHE SCIENTIFIQUE DE L’EXPÉDITION
L’ensemble des scientifiques et instituts impliqués dans Tara Oceans 2009-2012 (la précédente expédition de Tara) accompagneront le projet aux côtés de laboratoires canadiens et russes spécialistes de l’Arctique. Lors de cette dernière expédition Tara Oceans, seul l’océan Arctique avait manqué dans l’effort de collecte de plancton réalisé sur tous les océans de la planète. Il y a donc un intérêt très important à pouvoir comparer la biodiversité arctique avec la biodiversité des autres provinces océaniques, dans un contexte de transformations majeures de cette région. En effet durant l’été 2012, la banquise arctique estivale a fondu comme cela ne s’était pas produit depuis quelques milliers d’années. Les recherches de Tara Oceans Polar Circle 2013 seront menées en lisière de banquise, là où l’activité planctonique est la plus importante. En complément de cette approche biologique globale, d’autres questions spécifiques à l’Arctique seront abordées du point de vue océanographique et chimique. Le but sera ainsi de comprendre quelle est la vulnérabilité de la biodiversité polaire à nos activités, comment la fonte de la banquise impacte l’écosystème polaire marin, quelles pollutions s’immiscent dans ces régions reculées. L’équipe de scientifiques réunie depuis 2009, son expertise collective, son approche éco-systémique globale et le matériel encore à disposition ajoutés à l’expertise qu’à Tara Expéditions de la logistique scientifique polaire, sont autant de facteurs clés de réussite de l’expédition.

LE CONTEXTE
Cette mission contribuera à l’effort international d’étude de l’écosystème arctique avant un probable changement de régime climatique, en fournissant des données de références sur l’état écologique des eaux circumarctiques. Nous profiterons aussi de notre présence sur place pour interpeler les acteurs politiques et le monde économique, sensibiliser la société aux enjeux écologiques les plus urgents en Arctique ainsi qu’aux problématiques rencontrées par les populations qui peuplent le cercle polaire arctique. Pour certains, l’ouverture des routes maritimes, le développement de la navigation, les opportunités de pêche sont des atouts économiques, pour d’autres ils comportent un risque écologique. Le développement durable en Arctique est en question.

LES HOMMES
Etienne Bourgois, président de Tara Expéditions
Romain Troublé, secrétaire général de Tara Expéditions
Loic Vallette, capitaine de Tara et l’équipage
Chris Bowler, Direction scientifique – Porte parole (ENS/CNRS),
Eric Karsenti, Direction scientifique (EMBL/CNRS),
Gaby Gorsky, Direction scientifique (CNRS),
Marcel Babin, Direction scientifique (U LAVAL, CNRS),
Colomban de Vargas, Direction scientifique (CNRS/UPMC),
Emmanuel Boss, Direction scientifique (U of Maine),
Jean-Claude Gascard, Direction scientifique (CNRS).
Et les coordinateurs scientifiques de Tara Oceans.
Stefanie Kandels-Lewis (EMBL), Logistique scientifique.

LE MATÉRIEL SCIENTIFIQUE À BORD
Plusieurs filets à plancton
Un filet dédié aux plastiques de surface.
Une rosette CTD (pression, température, conductivité,
azote, oxygène, fluorescence, propriété optiques de l’eau).
Un flowcam pour compter et caractériser le plancton.
Un flow cytobot pour compter et caractériser le plancton.
Un underwater vision profiler pour caractériser le
zooplankton, les grosses particules et leur distribution
verticale.
Un spectrophotometre AC-s pour mesurer les pigments
et la distribution de particule à la surface de
l’océan en continu (lien avec la couleur de l’océan vue
par satellite).
Un retrodiffuseur capable de caractériser la rétrodiffusion
des matières en surface (lien avec la couleur de
l’océan vue par satellite).
Un cytomètre en flux capable de déterminer les groupes
de petite taille d’organismes par taille et fluorescence.
Un spectrofluorimètre ALFA capable de mesurer la fluorescence
d’organismes en surface en continu.
Un spectrophotomètre Ultrapath capable de caractériser
optiquement les propriétés des matières dissoutes
Radiomètre PAR, mesurant la luminescence de la photosynthèse.

LE PROGRAMME DE SENSIBILISATION
- Un correspondant en permanence à bord pour un
suivi en direct de l’expédition en vidéo, photos et texte
sur Internet et les réseaux sociaux.
- Partenariats médias.
- Journal Tara à la fin de l’expédition.
- Production de programmes TV
- Dispositif éducatif Tara Junior

LE DÉTAIL DU PROGRAMME SCIENTIFIQUE
Approche globale de l’expédition Tara Oceans. La stratégie est de pouvoir comparer les données biologiques planctoniques et leur contexte physico-chimiques en Arctique avec les données récoltées sur les autres océans depuis 2009 lors de l’expédition Tara Oceans.
Etude du plastique dérivant et des polluants atmosphériques présents en Arctique.
Étude de la “couleur” de l’océan, de sa composition et des pigments de particule en surface par l’Université du Maine, USA et financé par la NASA.
Étude spécifique des blooms printaniers de phytoplancton en lisière de banquise par l’Université Laval, Québec.
Collaboration avec le Shirshov Institute of Oceangraphy (Moscou) et le Russian Arctic National Park.

LES CONDITIONS EN ARCTIQUE
Aujourd’hui seuls deux voiliers ont réalisé cette circumnavigation de l’océan Arctique.
On peut identifier plusieurs types de risques : naturels ou techniques. Les risques naturels sont bien entendu une météo difficile à prévoir et la présence importante de glace.
Bien que la période de dégel s’allonge presque chaque année, la fenêtre de passage avant que la glace ferme à nouveau reste courte et ne laisse pas beaucoup de place
à l’imprévu. Les températures seront de l’ordre de -10°C à +5°C lorsque Tara naviguera au delà du cercle polaire de juillet à octobre.
Le jour sera prépondérant en Arctique russe et laissera peu à peu des nuits claires s’installer 12 h par jour à partir de fin août. Tara subira quelques adaptations pour protéger du froid les espaces de travail et les appareillages scientifiques
extérieurs.

LES PARTENAIRES
Cliquez ici

Sous le Haut Patronage de Monsieur François HOLLANDE, Président de la République