Pied à terre et regard dans le sillage | Tara, un voilier pour la planète

Pied à terre et regard dans le sillage

© Noelie Pansiot / Fondation Tara Expéditions

16 mars 2017

 [Après avoir complété sa thèse portant sur les données TARA Océans dans le laboratoire de Chris BOWLER à l’Ecole Normale Supérieure d’Ulm, Flora Vincent poursuit ses recherches grâce à une bourse attribuée par la Fondation de la Mer. Elle a pu embarquer pour la première fois à bord de TARA à Wallis pour échantillonner le plancton durant l’expédition TARA Pacific. Elle a débarqué à Fukuoka - JAPON]

Nous voilà enfin arrivés sur l’archipel principal du Japon, où Tara fait un arrêt prolongé pour des raisons historique et scientifique: le Japon est fan d’Agnès b. depuis 30 ans, et abrite une grande diversité de récifs coralliens. Pour l’occasion ils ne font pas les choses à moitié : nous avons levé les voiles sous un soleil radieux et l’entrée dans la baie de Fukuoka a été accompagnée par un hélicoptère de la télévision NHK qui nous tournait autour ! Perchée sur le mât de Tara, je me suis extasiée devant le monde moderne, perdu de vue pendant deux mois.

 

Visite_Flora_credit_NPansiot_P2140206Flora Vincent, biologiste marine, interviewée par NHK chaîne de télévision japonaise à son arrivée à Fukuoka © Noëlie Pansiot / Fondation Tara Expéditions

 

Depuis trois jours, c’est la reconnexion. Dès le lendemain de notre arrivée à Fukuoka, la télévision japonaise est à bord et un reportage est diffusé sur la chaîne principale le soir même. Une partie des scientifiques et marins a débarqué, relayée par une partie de l’équipe de Paris, venue en renfort pour les escales qui s’annoncent très denses, apportant avec eux une chose bien bizarre : un boîtier Wifi. Je l’ai longuement contemplé et, une fois les 2300 messages WhatsApp synchronisés, j’ai pris conscience du temps passé à bord car il nous rattrape. Une annonce de grossesse, une rupture, une naissance, de nombreuses soirées, bref une vie parallèle qui continue, sans nous.

A notre plus grand bonheur, nous avons été réquisitionnés avec Till, un autre scientifique, Maki l’artiste en résidence et Nicolas le second, pour faire les visites scolaires. 120 étudiant-e-s en une matinée, 4 heures à expliquer l’histoire de la goélette, la science, les missions de Tara, mes anecdotes, complétées par les premiers tableaux de Maki qui rappellent les réelles convergences créatives entre Art et Science.

Partager mon expérience toute fraîche avec les lycéen-ne-s. Voir les impératifs de la sensibilisation du grand public remplacer les impératifs de la science mais toujours contraints par ceux de la navigation. Réaliser doucement que je participe à quelque chose qui me dépasse complètement : une synthèse unique des trois pôles, qui convergent autour d’une passion commune pour le monde marin.

 

P2140490Flora Vincent, biologiste, présente Tara aux scolaires grâce aux dessins de Maki, artiste en résidence © Noëlie Pansiot / Fondation Tara Expéditions

 

J’ai passé deux mois à parler aux 14 mêmes personnes, et en 4 heures été reconnectée grâce aux visiteurs et journalistes montés à bord ainsi que mes notifications WhatsApp – déphasage. Pendant deux mois, ma vie a été rythmée par la science, la navigation, la vie en communauté loin de toutes (pré)occupations terrestres et c’est peut-être le ressenti le plus bizarre que j’ai eu ces derniers jours: créer le pont entre ma vie de ces deux derniers mois et celle « d’avant», comme une liane qui se tisse entre la vie à terre et cet univers que j’ai découvert. J’admire les marins qui trouvent leur équilibre entre ces deux mondes, pour qui les embarquements peuvent durer 6 mois, car pour le moment mon cerveau n’a toujours pas compris ce qui est en train de se dérouler.

Aujourd’hui, ce qui me ramène à terre s’aligne avec ce qui fait la raison d’être de Tara depuis des années. L’envie de partager une aventure, et d’être témoin d’un merveilleux trésor à comprendre et préserver. Mais surtout, endosser la responsabilité que nous avons, scientifiques, marins et citoyen-ne-s de faire prendre conscience des bouleversements qui se produisent sur cette planète bleue. Me voilà devenue une Taranaute …

Flora Vincent

Articles associés