Rencontres rituelles en terre Papoue | Tara, un voilier pour la planète

Rencontres rituelles en terre Papoue

© Vincent Hilaire / Tara Expeditions Foundation

3 novembre 2017

Depuis notre départ d’Alotau le 1er novembre dernier en milieu de journée, nous avons fait route pendant 80 kilomètres au nord-est, avant d’atteindre l’île de Normanby. Après un mouillage effectué en début de nuit, très près de la côte ouest de cette île, nous avons vécu le lendemain matin la première coutume de ce leg, avant certainement bien d’autres.

 

À 7h30 locale, alors qu’un soleil encore rasant s’était établi depuis une bonne heure au-dessus de la forêt tropicale, nous avons mis à l’eau l’une des annexes pour aller à terre, rencontrer nos hôtes. Une demi-heure avant, des pirogues conduites par des enfants et des adolescents tournaient déjà autour de Tara, avec curiosité et sans aucune animosité, bien au contraire. Nous étions toujours au pays des sourires.

Embarquée dans l’annexe, une délégation improvisée emmenée par Simon Rigal, notre capitaine et notre observateur scientifique papou, Alfred Yohang Ko’ou a débarqué sur Soba Island. Les enfants de cette communauté étaient aux anges et les adultes, plus en retrait, dans l’attente de vivre ce premier contact. Nous avons été conduits près de deux cases, l’une à même le sol et l’autre sur pilotis, toutes deux construites principalement en feuille de palmiers tressés.

 

photo 5_ le lieu de notre premiere coutume_VH
Le lieu de notre première coutume autour des maisons de cette communauté © Vincent Hilaire – Fondation Tara Expéditions

 

Assis à même le sol autour d’une natte en palme sortie de la case principale et déployée pour nous, devant la famille réunie au complet, au milieu des chiens, des poules et d’un cochon, la coutume a débuté.

Alfred a commencé par expliquer en langue papoue d’où nous venions et ce que nous faisions à bord de Tara, tout en montrant sur son tee-shirt bleu notre parcours depuis la France. Kanagola, le chef de la communauté, écoutait avec attention.

Puis, notre chef scientifique actuelle, Rebecca Vega Thurber, Beckie, pris la parole pour expliquer plus précisément notre intérêt scientifique pour cette baie et ce que nous aimerions y faire.

Le chef écoutait toujours, très calme, sans que son visage n’exprime aucune réaction particulière. D’un coup, il sortit de son silence pour dire : « *Ah, the bubbles ! (traduction : Ah, les bulles !)

Beckie expliquait alors qu’une mission était déjà venue en 2013 pour réaliser un travail de recherche sur ces bulles, des bulles de CO2 qui émanent des fonds marins et intéressent tant les scientifiques. Kanagola acquiesçait. Aujourd’hui, enchaîna-t-elle, « Nous venons pour faire une nouvelle campagne sur ces bulles de gaz carbonique et leurs conséquences sur l’écosystème corallien. Nous comparerons ensuite ces futurs résultats aux plus anciens. L’océan s’acidifie en ce moment et vous avez au bout de votre plage, un laboratoire exceptionnel. »

Kanagola était rassuré : « Je vous donne l’autorisation de faire ce que vous avez à faire ici. Mais si vous allez dans la baie suivante, il faudra demander à l’autre communauté son accord ».

 

 photo 15_deux generations de la communaute_VH

Deux générations de la communauté sur cette photo © Vincent Hilaire – Fondation Tara Expéditions

 

Simon Rigal sortait de son sac à dos quelques revues Tara Junior en anglais et les remettait à Kanagola, en expliquant avec un trait d’humour, que « ce sont des revues pour les enfants, mais en tant qu’adulte j’y ai appris plein de choses ». Kanagola remerciait Simon d’un sourire.

La coutume touchait à sa fin. Privilège nous fut donné de pouvoir prendre quelques photos dans ce cadre de vie traditionnel, sans électricité, ni eau.

 

Vincent Hilaire

Articles associés