Tara amarrée à Sydney

© Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

18 août 2017

Après huit jours d’une navigation intense, nous avons atterri aujourd’hui à Sydney à 9h locales. Jusqu’au bout, il aura fallu toute l’expérience du Capitaine Simon Rigal et de l’équipage pour savoir négocier correctement ces vents d’ouest oscillants de 15 à 50 nœuds, mais bien établis. Fourbus, les dix du bord savourent de toucher terre après ce bord de près de 1215 miles nautiques soit près de 2300 km. Une semaine d’escale se profile avec des rencontres avec la presse locale, des conférences scientifiques et des visites publiques.

 

DCIM100GOPROG0052920.Tara par 40 nœuds de vent. © François Aurat / Fondation Tara Expéditions

 

Vers six heures ce matin, avant le lever du soleil, les premières tours sont sorties timidement de l’horizon. Sydney se réveillait en douceur devant nos yeux, face à une mer apaisée, enfin. Lancée à plus de dix nœuds avec les deux moteurs, grand-voile et misaine arrisées, Tara se lançait dans le sprint final.

Après avoir joué au sous-marin et à saute-mouton une bonne partie du voyage depuis Whangarei (Nouvelle-Zélande) cette arrivée bien méritée était à la hauteur de l’énergie mise par chacun, suivant ses possibilités, pour faire le job.

« Nous avons un peu tout connu dans cette navigation musclée » résumait Simon. « Il est vrai qu’en cette saison, les dépressions s’enchainent entre la côte est de l’Australie et la Nouvelle-Zélande, c’est comme en Atlantique Nord ».

En arrivant en début de matinée ce 17 août, nous en évitons d’ailleurs encore une autre très formée avec en moyenne des prévisions de vent d’ouest à 40 nœuds. Ouf !

 

10-photo 6_envoi des couleurs localesNicolas de la Brosse, second, hisse les couleurs locales. © Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

 

Après cet épisode maritime, l’entrée de la baie de Sydney était donc un moment très attendu. Une arrivée par la mer dans l’une des plus belles baies du monde est toujours un cadeau. Avec François Aurat, nous jouions au jeu des souvenirs : « Tu te rappelles notre arrivée à Rio pendant Tara Oceans ? (sourires) et celle de New-York ? Ah oui, mais là on n’était pas ensemble ».

Après une dernière pointe laissée par tribord surmontée encore par un très joli phare blanc, le célèbre Opéra de Sydney s’est offert à nous dans un ciel azur baigné de soleil. Depuis le tender, le pneumatique sur lequel nous sommes avec Dominique Limbour, notre cuisinière et François, je shoote la traditionnelle photo d’arrivée avec une partie de l’équipage à l’avant. Ça me rappelle celle de New-York avec la statue de la liberté derrière Tara et Daniel Cron qui levait le bras comme la célèbre sculpture du français Auguste Bartholdi.

 

15-photo 27_Tara devantopera SydneyPassage de Tara devant le célèbre opéra de Sydney. © Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

 

Une fois passés sous le Harbour Bridge, sorte de Brooklyn Bridge local avec deux drapeaux australiens au sommet, nous avons bifurqué à main gauche pour rejoindre le quai de l’Australian National Maritime Museum, à Darling Harbour. Clémentine Moulin, responsable de la logistique de Tara Expéditions, nous y attendait pour attraper les amarres et seconder Dominique.

Depuis, les formalités de douane ont été réalisées et les marins s’emploient à dessaler le pont, l’accastillage et les voiles. C’est un Tara en croute de sel qui nous a amené ici !

Dès demain, la presse est conviée à une conférence de présentation de Tara Pacific, en présence de Serge Planes, le directeur scientifique de l’expédition.

Et comme à chaque escale, des visites publiques puis scolaires sont aussi programmées samedi, dimanche et lundi.

Le 24 août prochain, nous quitterons Sydney pour mettre le cap sur Heron Island au sud de la grande barrière de corail. Puis, nous naviguerons vers l’est pour rallier les Iles Chesterfield et la Nouvelle-Calédonie.

Nous serons désormais quinze à bord avec une équipe scientifique à nouveau au grand complet.

 

Vincent Hilaire

Articles associés