Tara au mouillage à l’île Huon | Tara, un voilier pour la planète

Tara au mouillage à l’île Huon

© Vincent Hilaire / Tara Expeditions Foundation

6 octobre 2017

Avec les récifs Guilbert et du Mérite, Huon est l’un des quatre atolls qui composent la réserve naturelle d’Entrecasteaux. Ce paradis de la biodiversité, classé au patrimoine mondial par l’UNESCO en juillet 2008, est un sanctuaire pour les oiseaux, les tortues vertes, 2300 espèces de poissons et plus de 350 coraux différents.

Nous y sommes en mission jusqu’au 13 octobre prochain avec des scientifiques du centre IRD (Institut de Recherche et Développement) de Nouméa et l’Université de Nouvelle-Calédonie (UNC). Le guano des milliers d’oiseaux présents sur ces îlots est au centre de leurs investigations.

 

11 photo 20_crabe cotier_VH

Un crabe côtier sur l’île Huon, dans les récifs d’Entrecasteaux - © Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions 

Les récifs d’Entrecasteaux sont affleurants et se situent au nord-ouest de la Nouvelle-Calédonie à environ 180 kilomètres de la Grande Terre. Inhabités, ils constituent la limite nord de l’archipel néocalédonien. Ils furent découverts le 1er juillet 1792 par Antoine Bruny d’Entrecasteaux lancé avec deux frégates armées sur ordre de Louis XVI, à la recherche de l’expédition conduite par La Pérouse.

L’expédition ne permit pas de retrouver les traces de La Pérouse et se terminera de façon chaotique à Surabaya. Les navires passent à proximité de Vanikoro où vivaient encore certainement des rescapés du naufrage de la Boussole et de l’Astrolabe mais d’Entrecasteaux, atteint de scorbut, succombe en mer au large de Java le 20 juillet 1793.

Ce voyage fut cependant un succès indéniable puisqu’il offre à la France la découverte de nombreuses terres alors inconnues, dont ces récifs.

 

Coucher de soleil Huon_VH copie
La journée se termine pour l’équipage de Tara, qui profite d’un magnifique coucher de soleil sur le Pacifique – Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

 

Pour l’anecdote, le nom de l’Atoll de la Surprise vient du fait qu’Entrecasteaux aurait été surpris de trouver à cet endroit une nouvelle terre émergée aussi près de la Grande Terre, alors qu’il croyait avoir contourné la Nouvelle-Calédonie.

Les trois autres noms donnés par D’Entrecasteaux à ces récifs proviennent des patronymes de membres de son expédition : le second de D’Entrecasteaux, commandant de L’Espérance, le capitaine de vaisseau Jean-Michel Huon de Kermadec ; le lieutenant de vaisseau Malo de la Motte du Portail ; l’enseigne de vaisseau du Mérite. Le récif Guilbert doit son toponyme à l’enseigne de vaisseau et hydrographe de l’expédition de Jules Dumont d’Urville en 1827. On ne sait pas trop pour les autres.

La zone est régulièrement visitée par les baleiniers au début du XIXe siècle. Mais la véritable occupation pérenne par l’homme n’a lieu que sur les trois îlots de l’atoll de la Surprise entre 1883 et 1928 pour l’exploitation du guano.

 

18 photo 29_noddi brun_VH
Des noddis bruns en vol sur l’île Huon © Vincent Hilaire – Fondation Tara Expéditions

 

Aujourd’hui, cette exploitation a cessé, mais ce sont les scientifiques qui s’y intéressent. Depuis des années, particulièrement après le blanchissement de février 2016 qui a considérablement impacté la Grande Terre et les récifs d’Entrecasteaux, ils essaient de comprendre pourquoi ces atolls sont touchés différemment.

Un chiffre : lors de ce dernier épisode de blanchissement, 90 % des récifs du lagon d’Entrecasteaux ont été impactés entre la surface et 5 mètres. A l’extérieur de ce lagon environ la moitié a été affectée.

C’est alors que l’hypothèse d’une influence jouée par le guano a fait surface. Grâce à cette mission avec Tara et son équipage sur ces récifs, les équipes de l’IRD et de l’UNC espèrent définitivement percer les secrets de la résilience des coraux d’Entrecasteaux.

Depuis mardi, les équipes travaillent ensemble pour prélever des coraux, chasser les poissons de récifs et recueillir la précieuse fiente à terre pour essayer de confirmer maintenant ce rôle clé joué par le guano, sous l’eau, sur les communautés coralliennes.

Le résultat de ces recherches auxquelles auront collaborées Tara et ses équipes feront certainement date.

Vincent Hilaire

Articles associés