Tara au mouillage devant Heron Island | Tara, un voilier pour la planète

Tara au mouillage devant Heron Island

© Vincent Hilaire / Tara Expéditions Fondation

31 août 2017

Ce mercredi 30 août à 7h00 locales, Tara est arrivée à Heron Island. Ce confetti vert posé sur un camaïeu de bleus, à deux heures de la côte est de l’Australie, a toutes les allures d’un paradis sur terre. Une centaine de personnes vivent en permanence sur cet îlot d’à peine 16 hectares, dont une dizaine en activité dans le Heron Island Research Station *. Pour les taranautes, Heron signifie aussi le redémarrage de l’étude des écosystèmes coralliens, avec des échantillons de coraux, de poissons, d’eau de mer et d’air. Cette expédition Tara Pacific qui vient d’entrer dans sa deuxième année, est une fantastique machinerie qui permettra de recueillir des quantités de données impressionnantes.

 

3-photo 1_arrivee Heron_ Francois AuratArrivée à Heron Island, Tara vue du ciel. © François Aurat / Fondation Tara Expéditions

 

Le jour se levait à peine que le pont de Tara s’agitait déjà. Il y avait Simon Rigal, notre capitaine et Jonathan Lancelot, l’homme de quart à cette heure. François Aurat préparait son drone mais ne savait pas encore qu’il allait saisir quelques minutes plus tard ces images extraordinaires d’une baleine à bosse et de son baleineau.

Le soleil diffusait une lumière orangée, rasante. Heron sortait tout doucement de l’horizon, une oasis au milieu de nulle part.

 

1-photo 9_sur la route d'Heron_ Vincent HilaireCoucher de soleil sur la route d’Heron Island. © Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

 

Attentif à la progression de la goélette dans ces derniers miles, Simon pensait déjà à son mouillage pour permettre à nos biologistes-plongeurs d’être au plus près de Tara pendant leurs travaux sous-marins.

C’est alors que François, réfugié dans le wet lab ** pour piloter son drone à l’ombre, m’appelait : « Regarde Vincent, regarde ! ». Dans l’écran de retour soutenu par une sangle autour du cou de François, une baleine et son baleineau se prélassaient dans la passe entre Heron et le récif Wistari, fouettant de temps en temps l’eau calme de leurs nageoires caudales. Un réveil tout en douceur pour ce tandem sûrement récent. Heron est connue pour être une nurserie appréciée par ces mammifères marins qui viennent ici mettre bas.

 

6-photo 6_arrivee Heron_ baleines_Francois AuratUne baleine à bosses et son baleineau dans la passe entre Heron et le récif Wistari. © François Aurat / Fondation Tara Expéditions

 

Tara au mouillage, les voiles affalées, pas de répit sur le pont. Emmenés par le chef de plongée Jonathan Lancelot, nos biologistes-plongeurs, Christian Voolstra (KAUST), Claudia Pogoreutz (KAUST), Benjamin C. C. Hume (KAUST) et Ryan McMinds (Oregon State University) préparaient leurs équipements pour des premiers repérages autour du récif.

Cet après-midi, les quatre scientifiques sont à l’eau pour réaliser des échantillonnages de biodiversité à deux profondeurs différentes, les pêcheurs de poissons chassent les espèces caractéristiques.

De son côté, un peu plus loin autour du récif, Jonathan Lancelot réalise le carottage d’un porites. Ces coraux tout en épaisseur permettent, comme les arbres, de remonter le temps et donc de comprendre les évolutions climatiques sous la surface de l’eau, dans un écosystème donné.

 

13-photo 44_experiences corail centre de recherche_Vincent HilaireLes premiers échantillons de corail de cette deuxième année d’expédition. © Vincent Hilaire / Fondation Tara Expéditions

 

Heron Island est un spot de biodiversité exceptionnel avec 900 espèces de poissons et près de 72% des espèces de coraux présentes dans toute la Grande Barrière. Alors que le troisième épisode de blanchissement mondial vient de s’achever mettant à mal la moitié de la barrière australienne, Heron semble, selon les chercheurs du centre, résister à cette situation puisque le corail est ici, pour l’instant, en bonne santé.

 

Vincent Hilaire

 

*Centre de recherche sur le corail de l’université du Queensland

** Laboratoire humide