Sur la route de Paris Climat : destination Groenland

© F.Latreille/Tara Expéditions

De juin à septembre 2015

Sur la route de la conférence Paris Climat 2015, Tara poursuit sa mission de sentinelle de l’Océan. Observer, comprendre et aussi partager, expliquer, donner à voir ce que l’Océan a de plus méconnu. Entre deux expéditions, d’escale en escale, Tara est toujours actif.

Partie de Lorient le 21 juin, la goélette rejoindra la côte Est du Groenland en passant par Rouen puis l’Islande. Bien connues de Tara, les régions du cercle polaire arctique sont à la fois un révélateur et un catalyseur des changements climatiques. Cette navigation permettra de poser un regard récent sur les hautes latitudes du globe avant de rejoindre Paris à la fin de l’année.

Dans la continuité de son engagement 2015, Tara se rendra donc au Groenland, avec la participation de l’océanographe Gaby Gorsky et rééditera, en partie, la mission Ecopolaris menée en 2004 avec déjà à son bord la même équipe d’ornithologue du GREA. A cette occasion, Tara accueillera le tournage du prochain  film documentaire “Océan & Climat” réalisé par Christophe Cousin.

Le programme scientifique Tara Ecopolaris Groenland 2015

La côte Est du Groenland est sans doute l’une des régions du globe les plus touchées par les changements actuels, mais aussi malheureusement l’une des moins bien connues. Il est donc particulièrement important de poursuivre les travaux de suivis écologiques engagés par le GREA depuis 1979 dans la région des Fjords (72-74°N) ainsi que ceux réalisés en 2004 lors de la première mission Tara.

Tara au Groenland : 2004-2015

En 2004, grâce à la logistique inédite de Tara Expéditions, le GREA avait récolté en deux mois plus de données sur les oiseaux marins du Nord-Est du Groenland que ce qui avait été documenté en deux siècles par l’ensemble des expéditions précédentes !
Les résultats de cette mission exceptionnelle avaient notamment mis en évidence les tendances à l’augmentation des espèces à affinités méridionales (par ex. la mouette tridactyle, le macareux moine, les goélands brun et marin) alors que les espèces typiquement arctiques semblaient être stables ou en déclin (par ex. le mergule nain, la mouette ivoire et le guillemot de Brunnich), impacts tangibles du réchauffement accéléré dans les régions arctiques.
En revisitant ces mêmes colonies, les principaux objectifs scientifiques de cette nouvelle expédition de Tara sur la côte Nord Est du Groenland seront (1) de compléter la cartographie des colonies d’oiseaux de mer dans le Nord-Est Groenland, (2) d’évaluer les changements intervenus depuis 2004 dans la taille des populations reproductrices et (3) de comparer les niveaux de contamination actuels (par les métaux lourds notamment) avec ceux trouvés en 2004 chez deux espèces emblématiques du Groenland : l’eider à duvet et l’oie à bec court.
Ce travail sera mené par les membres du GREA en collaboration avec plusieurs chercheurs français et danois des universités de Franche-Comté, La Rochelle et d’Aarhus au Danemark.
Le Groupe de Recherche en Ecologie Arctique (GREA) est une association française à but non lucratif. Depuis plus de 40 ans, Olivier Gilg et Brigitte Sabard notamment, et les  bénévoles du GREA ont acquis une expérience unique de l’écologie des régions arctiques.

Carte groenland

Une des grandes questions de recherche, fil conducteur des missions Ecopolaris :

Comment les oiseaux marins, qui répondent très rapidement aux changements de leur environnement, nous informent-ils sur l’état de santé des écosystèmes marins arctiques ?

Seront à bord de Tara pour coordonner ces travaux :

Olivier Gilg : Président du GREA, docteur en écologie et chercheur associé à l’université de Bourgogne, Olivier est l’un des rares spécialistes français des écosystèmes arctiques. Auteur d’une trentaine de publications scientifiques et directeur scientifique du programme Ecopolaris, il est aussi, parallèlement à son travail dans l’Arctique, Directeur scientifique du réseau des réserves naturelles de France (RNF).

Brigitte Sabard : Vice-Présidente du GREA, assistante scientifique sur les 25 ans de missions Ecopolaris, Brigitte coordonne la logistique et l’intendance des missions. De métier, elle est également consultante en éducation à l’environnement, chargée de cours à  l’université de Bourgogne et Chef de projet éducation de Tara Expéditions.

Planning prévisionnel :

  • 27 juin – Départ de Rouen
  • 8 juillet – arrivée de Tara à Akureyi (Islande), départ le 9 pour le Groenland
  • 11 juillet – arrivée à Constable Point (Groenland)
  • du 11 juillet au 21 juillet  – travaux sur la zone Sud
  • du 28 juillet au 7 août – travaux sur la zone Nord
  • 11 août – retour sur Akureyi (Islande)
  • 13 août – Tara quitte l’Islande pour la Suède

Sur la route de Paris Climat 2015, Tara rejoindra ensuite Stockholm puis Londres avant de regagner la France.

Localisation de la mission :

Parce que les courants marins froids venus du Pôle Nord et la banquise isolent la côte Nord-Est du Groenland 10 mois par an, ce coin du monde encore sauvage et partiellement explorée est très difficile d’accès. On n’y trouve qu’un seul village et au Nord de celui-ci, la zone est strictement protégée en Parc National (le plus grand au monde : 2 fois la France!)

Articles associés :

- Tara à Rouen jusqu’au 27 juin

- Retour sur la mission Ecopolaris menée en 2004

- S’abonner à la newsletter Tara