Tara Méditerranée: une première partie de parcours réussie

© Y.Chavance/Tara Expéditions

De mai à août 2014

Depuis son départ le 27 mai dernier, l’expédition Tara Méditerranée a navigué au large des côtes françaises, italiennes, albanaises et grecques avant de rejoindre le Liban début août.

Ces deux premiers mois ont été partagés entre la mer et la terre afin de répondre aux deux principales vocations de l’expédition à savoir un volet scientifique avec une étude sur le plastique en mer impliquant entre autre le CNRS, l’UPMC et l’Université du Michigan,  et un volet sensibilisation sur les nombreux enjeux environnementaux liés à la Méditerranée. En mer, une dizaine de scientifiques se sont relayés sur le pont pour procéder aux protocoles de prélèvements.

A terre, les actions de sensibilisation ont permis d’accueillir 3 500 personnes pendant les dix escales organisées dans les quatre pays visités. L’accent mis sur l’accueil des scolaires s’est avéré payant puisque près de 900 enfants et adultes scolarisés ont visité la goélette. Le rythme des visites ne devrait pas faiblir avec les prochaines étapes de l’expédition. Entre août et novembre, le voilier continuera sa route en Méditerranée et fera escale dans dix nouveaux ports.

EN CHIFFRES : Première étape France – Grèce

> 10 escales dans  4 pays visités :

France : Port-Cros, Toulon, Les Embiez, Nice, Villefranche-sur-Mer, Monaco, Antibes.

Italie : Cala Gonone en Sardaigne

Albanie : Vlora

Grèce : Zakynthos

> Visites grand public : 2110 personnes

> Visites scolaires : 887 scolaires

> Conférences : 500 participants

Soit un total de 3497 personnes qui sont allées à la rencontre de Tara et des chercheurs.

Les escales, lieu d’échange avec le public prennent également des tournures plus scientifiques avec l’organisation de rencontres avec les partenaires locaux comme l’illustre la conférence organisée à Villefranche-sur-Mer avec le laboratoire Océanographique (200 participants) ou encore le séminaire Oceanomics qui s’est tenu début juillet à Cala Gonone en Sardaigne. Pendant cinq jours les chercheurs impliqués dans ce projet à travers le monde se sont retrouvés pour échanger sur leurs premiers résultats des prélèvements effectués lors des expéditions Tara Oceans et Tara Oceans Polar Circle.

 Le parcours en Méditerranée de l’expédition est également façonné par les partenariats que Tara Expéditions tisse au fil des années avec les acteurs œuvrant pour la préservation des mers et des océans. Sur l’île de Port-Cros et à Six-Fours dans le Var, Tara s’est associé aux « Initiatives Océanes » de la Surfrider Foundation Europe afin de collecter des déchets sur les plages. 200 litres de détritus ont été ramassés en quelques heures à Six-Fours.

Une autre collaboration a emmené le bateau sur l’île de Port-Cros en France puis vers l’île de Zakynthos en Grèce, il s’agit du partenariat avec MedPAN, le réseau des gestionnaires d’Aires Marines Protégées en Méditerranée.

VIDEO  - Rencontre avec les tortues couannes de Zakynthos.
Découvrez également la vidéo sur la gestion du Parc National de Port Cros en France.

En escale à Vlora en Albanie, la goélette s’est transformée pour quelques heures en cadre symbolique pour la signature d’un importante convention, scellant une politique de conservation commune entre le Conservatoire du Littoral français et son homologue albanais, l’Agence Nationale du Littoral.

Tour à tour plate-forme scientifique, lieu de séminaire ou de discussion politique, Tara se transforme également en « voilier princier » lorsque ce dernier accueille à son bord pour quelques heures Son Altesse Sérénissime le prince Albert II de Monaco et Sa délégation dans les Cyclades en Grèce. L’occasion pour le Prince de marquer le soutien de Sa Fondation aux missions de Tara et de rappeler l’intérêt porté à cette expédition Tara Méditerranée : « Cette campagne que mène Tara, cette étude de la pollution par les matières plastiques, c’est aussi une façon d’alerter, de faire comprendre à tous nos contemporains que la situation est grave. Je crois que Tara est vraiment un exemple. C’est une belle aventure, environnementale bien sur, marine bien entendu, mais avant tout humaine ».

Tara résidence d’artistes

En résidence pour deux à trois semaines, six artistes aux talents variés, photographie, vidéo, peinture, illustration ; ont embarqué à bord de Tara pour cette première étape entre la France et le Liban. Une opportunité donnée aux artistes de découvrir un nouvel univers et de poser leur regard sur l’expédition Tara Méditerranée. Carly Steinbrunn, artiste embarquée entre Cala Gonone en Sardaigne et Mykonos en Grèce témoigne : « C’est vraiment une très bonne chose de mélanger des artistes et des scientifiques. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce sont des gens qui ne sont pas si éloignés que ça, qui essayent chacun à leur manière de comprendre le réel. Il n’existe que très peu de résidences d’artistes comme cela, c’est vraiment une chance incroyable. ». Cinq autres artistes se relayeront en résidence sur la goélette pour les mois à venir.

Enfin, faisant route vers le Liban, Tara et son équipage ont passé le mythique canal de Corinthe qui sépare le Péloponnèse du reste de la Grèce en évitant un détour de 400 kilomètres. Ce passage de six kilomètres pour une vingtaine de mètres de large seulement a été creusé par l’homme et inauguré en 1893.

La vidéo de notre correspondant de bord :

L’actualité de Tara Expéditions est également à retrouver sur RFI avec les chroniques d’Agnès Rougier et sur France 24 

Laura Oudin