Mara G. Haseltine | Tara, un voilier pour la planète

Mara G. Haseltine

© Mära Haseltine

La passion des sciences naturelles est évidente dans les oeuvres de Mara G. Haseltine. Même les formes les plus abstraites sont en fait des agrandissements d’images microscopiques, ou sont inspirées des séquences d’acides aminés. Elle a pris le pari de fusionner sa pratique artistique avec des expériences scientifiques et la restauration de l’environnement.

Mara possède un diplôme en arts plastiques et en histoire de l’art d’ Oberlin College (Ohio), et une maîtrise du San Francisco Art Institute (Californie). Elle a exposé et travaillé aux États-Unis, au Canada, en Europe, en Asie et au Musée national de Trinité-et-Tobago (Trinidad). Actuellement professeur à la New School (New York), elle est membre à la fois de la Sculptor’s Guild de New York et de l’Explorer’s Club, et vit à Brooklyn. Son travail a été publié dans le NY Times, Metro, the Guardian, the Architectural Record, etc.

 

Déclaration de l’artiste: de la Nano au Géo

Nous avons beaucoup de chance d’avoir une conscience. Nous profitons à la fois de la beauté de la planète, et avons accès à des technologies de pointe. Ces technologies nous permettent de regarder en nous-mêmes et jusqu’aux confins du cosmos. C’est cette relation particulière et unique que j’explore dans mon travail.

La “géotherapie” est une pratique d’avenir. Elle aborde le lien entre l’évolution biologique et l’aspect culturel. Utilisant les principes de la géotherapie, mon travail est au croisement de l’art, de la technologie et du changement social. Nombre de mes sculptures utilisent des données microscopiques et scientifiques et évoluent vers des formes figuratives. Le spectateur – lorsqu’iI se sent concerné par mes oeuvres – perçoit comment la vie fonctionne, au-delà de la façon dont l’œil humain peut le percevoir. Mon travail illustre l’impact des êtres humains sur cet univers microscopique délicat. Mes projets les plus récents tournent autour de structures vivantes aquatiques et environmentales, qui fonctionnent à la fois comme habitats, zones de protection du littoral, et filtres de bio-remédiation. L’intention finale de mes oeuvres est de sensibiliser le public à l’impact bénéfique de la géotherapie sur notre planète.