Récifs coralliens, de fragiles géants

© Rangiroa East overview

A quelques semaines du coup d’envoi de l’expédition Tara Pacific, les équipes scientifiques sont plus que jamais prêtes à étudier les récifs coralliens du Pacifique et les dangers qui les guettent. Depuis quelques décennies, les coraux du monde entier doivent en effet faire face à des menaces de plus en plus nombreuses.

Comme n’importe quel maillon d’un écosystème, les coraux sont régulièrement confrontés à des menaces naturelles, qu’il s’agisse de maladies comme la « maladie de la bande blanche » qui, dans les années 80, a très durement frappé les récifs des Caraïbes, ou de prédateurs dont le nombre augmente très rapidement. Acanthaster planci par exemple, une étoile de mer dévoreuse de corail, tend à pulluler certaines années, faisant des ravages dans les récifs coralliens. Des perturbations naturelles qui n’expliquent cependant pas le dramatique effondrement des populations coralliennes.

Depuis le début de l’ère industrielle, environ 20 % des récifs ont définitivement disparu. Et le phénomène ne semble pas vouloir ralentir : 25 % seraient en grand danger à court terme, et 25% supplémentaires risquent d’être menacés avant 2050. Une hécatombe qui porte principalement la marque de l’homme. Les coraux se trouvant près du littoral, et donc des activités humaines, ils subissent en effet de plein fouet l’accroissement démographique et les conséquences néfastes qui vont avec : pollution, méthodes de pêche destructives, dégradations dues au tourisme de masse, rejets de sédiments, etc.

Lauric Thiault

Ces menaces sont d’autant plus préoccupantes que le corail tend à être de plus en plus sensible à ces perturbations, fragilisé notamment par le changement climatique. En effet, une hausse importante des températures des eaux de surface provoque un stress chez le corail qui alors expulse ses zooxanthelles, les algues symbiotiques des coraux. Avec l’algue, le polype perd tous ses pigments et laisse voir par transparence son squelette calcaire : on parle de blanchissement des coraux. Si les conditions ne reviennent pas à la normale, c’est alors tout le récif qui est menacé de mort.

Enfin, autre menace d’origine humaine, l’acidification des océans. Les rejets massifs de CO2 dans l’atmosphère ont eu comme effet d’augmenter l’acidité de l’eau, perturbant le processus de calcification (la création du squelette externe des polypes). Cependant, l’ampleur du phénomène et ses conséquences concrètes sur les récifs de la planète restent encore incertains. Une meilleure compréhension des différentes menaces pesant sur les coraux est aujourd’hui impérative pour espérer trouver des solutions durables afin d’assurer la préservation de ces écosystèmes foisonnants. Dans ce contexte d’urgence, les travaux menés prochainement sur la goélette prendront bientôt tout leur sens.

Yann Chavance

barre-orange-2

 

Articles associés :

- Tara Pacific : focus sur les coraux, du polype au récif

- Animal, minéral, végétal ? Les coraux à la croisée des chemins

- Départ de l’expédition Tara PACIFIC 2016-2018