Tara à Miami : ouverture des conférences franco-américaines sur l’océan et le climat

© Vincent Hilaire - Fondation Tara Expéditions

A l’occasion de l’escale de Tara à Miami – dernière halte avant le Pacifique – Françoise Gaill, directrice de recherche émérite au CNRS, aujourd’hui coordinatrice scientifique de la plateforme Océan et Climat, et conseillère scientifique pour l’Institut de l’Ecologie et de l’Environnement du CNRS, explique l’implication de Tara dans une série d’entretiens scientifiques organisés entre la France et les Etats-Unis et baptisés FACT-O (French American Climate Talks on Ocean).

 

CREDITS MAEVA BARDY-ESCALE MIAMI-FACTO-FRANCOISE GAILL-BD-1
Françoise Gaill © Maéva Bardy / Fondation Tara Expéditions

 

FACT-O, qu’est-ce que c’est concrètement ?

FACT-O est une série de conférences publiques programmées aux Etats-Unis et au Canada, au cours desquelles des scientifiques français et américains de renom, des représentants de la société civile, des ONG, des figures politiques, des journalistes et des entrepreneurs prendront la parole sur les océans et les enjeux qui y sont associés.

 

factologo1000px

 

Comment est né ce programme entre les deux pays ?

Avant Paris Climat 2015, Laurent Fabius alors Ministre des Affaires étrangères français, avait demandé aux ambassades françaises d’attirer l’attention sur les enjeux majeurs de cette conférence. L’Ambassade de France à Washington possède le service scientifique le plus important et a initié les premières actions en direction des Etats-Unis et du Canada – les French-American Climate TalkS (FACTs). Elle a suivi la COP21 de très près, jusque dans les espaces de négociations et a été impressionnée par la forte représentation de l’océan.

C’était la première fois que l’Océan était mentionné partout. Ce n’était pas du tout attendu à Paris ! Laurent Fabius, sensibilisé par l’Appel de l’Océan pour le Climat #OceanForClimate, lancé par la Plateforme Océan et Climat à l’UNESCO le 8 juin 2015, avait déjà réalisé combien l’océan était important. Il avait également entrevu une suite possible pour les deux années à venir.

 

COP21
Mobilisation de la Plateforme Océan et Climat au Pavillon Tara lors de la COP21 © Fondation Tara Expéditions

 

Quand avez-vous commencé à travailler pour ces entretiens ?

Je suis allée aux Etats Unis, sur invitation de l’Ambassade de France à Washington, pour rencontrer les grandes organisations avec lesquelles l’ambassade avait déjà travaillé sur la question Océan et Climat. J’y ai rencontré des scientifiques de la NOAA (l’Agence américaine d’observation océanique et atmosphérique), la Scripps Institution of Oceanography, la Smithsonian Institution et l’université du Maryland. A ce moment-là, le premier FACTO n’était pas encore prévu, mais l’ambassade a appris la venue de Tara à Miami.

Peu de temps après, j’ai retrouvé les membres de l’ambassade à New York pour la signature de l’Accord de Paris. J’ai alors invité le responsable de cette action de l’ambassade de venir avec moi à une session Océan avant la signature. Du fait de l’importance des questions océan et climat et de la venue de Tara à Miami, nous avons décidé que l’arrivée de Tara serait une occasion remarquable pour lancer le projet FACT-O. Voilà la genèse de cette série d’entretiens qui va durer 2 ans, avec un minimum de 6 ou 7 rendez-vous.

 

Quel est l’enjeu de ces entretiens ?

L’objectif de FACT-O est la mise en place d’un programme franco-américain de recherche scientifique, sans doute sous forme de bourses, destiné à de jeunes scientifiques pour faciliter les échanges entre les 2 pays.
Cela permettra de valoriser les résultats obtenus lors des expéditions Tara et de susciter l’intérêt de diverses universités de travailler avec la Fondation Tara Expéditions. Cela montrera aussi l’envergure de ce que Tara peut accomplir au moyen de nouveaux outils, de nouvelles approches etc. C’est une opportunité formidable !

 

Tara naviguant sous Grand Voile
Tara vogue vers Miami pour la première ecale de l’expédition Tara Pacific © Maéva Bardy / Fondation Tara Expéditions

 

Tara Pacific est aussi l’occasion pour la Fondation Tara Expéditions d’affirmer son savoir-faire

En route vers Miami, Tara continue et prolonge le travail de prélèvement commencé lors de l’expédition Tara Oceans. Je suis certaine que de nouveaux résultats très intéressants découleront de Tara Pacific parce que cette expédition fournira : une estimation plus précise de la pompe à carbone d’un point de vue biologique, et des informations sur la manière dont le carbone océanique est renouvelé grâce à la circulation thermohaline. C’est le domaine d’expertise de Gaby Gorski. De nombreuses personnalités seront présentes à Miami. Je suis très confiante car Tara est et sera encore à la pointe de la recherche et de l’innovation.

Propos recueillis par Dino Di Meo

barre-orange-2
Articles associés :

- Miami : 8 jours d’escale dédiés au développement durable
- Résultats de Tara Oceans : le « réseau social » planctonique de la pompe à carbone dévoilé
- Les défis pour l’Océan en 2016