Fin des sacs plastique en France : première victoire

© Shutterstock

Ce 1er juillet 2016 fera date en France : les sacs plastiques à usage unique sont désormais interdits. Cette mesure va permettre de stopper la consommation annuelle de 17 milliards de sacs en France.

L’interdiction des sacs plastiques à usage unique se fera dans un premier temps au profit des sacs réutilisables et biodégradables. Elle concernera ceux qui servent l’emballage des fruits et légumes à partir du 1er janvier 2017.

Dans le monde, les mesures de taxation et d’interdiction des sacs plastique se multiplient. Le Bangladesh et Haïti ont respectivement interdit les sacs plastiques en 2002 et 2012. Quant au Sénégal, le Parlement a adopté leur interdiction en 2015, de même que Monaco la même année. La fabrication et la distribution de sacs seront également interdites à partir du 1er juillet 2016 au Maroc.

 

800 000 tonnes de sacs plastiques deviennent des déchets sauvages.
© Beyond Plastic Med

 

Mais l’Europe, avec ses 100 milliards de sacs plastiques utilisés chaque année, a adopté une directive en avril 2015 qui prévoit uniquement leur réduction progressive. On peut regretter que cette directive n’interdise pas totalement l’usage ou la fabrication. Les mises en œuvre restent lentes. Car ce n’est qu’en 2019 que chaque État membre devra réduire son utilisation à 90 sacs plastiques par personne et par an, puis à 40 sacs en 2025.

Si la plupart des pays européens sont déjà engagés dans la lutte contre les sacs plastique, rares sont ceux qui vont donc jusqu’à l’interdiction. Le premier pays à avoir mis en place cette interdiction est l’Italie, en 2011. En 1994, le Danemark avait instauré une taxe sur leur utilisation, entrainant dans son sillage d’autres pays, dont l’Irlande. Les efforts doivent donc se poursuivre pour renforcer la directive et aboutir à une interdiction généralisée et plus rapide.

Au delà des directives européennes, des coalitions de pays et d’acteurs doivent voir le jour ailleurs dans le monde. La Fondation Tara Expéditions poursuit donc son engagement notamment en Méditerranée, avec l’initiative Beyond Plastic Med qui a pour objectif de rassembler les ONG, les institutions scientifiques, les collectivités locales, les industriels autour de solutions innovantes pour lutter contre la pollution plastique en mer tout autour du bassin méditerranéen.

Beyond Plastic Med
© Beyond Plastic Med

Pour rappel :
Souvent utilisé moins de 20 minutes, un sac plastique met près de 450 ans à se dégrader dans la nature, impactant ainsi fortement l’océan et la faune marine (intoxications par micro-plastiques ingérés, également dans le cas des plastiques biodégradables). Il est une éponge à polluants et métaux lourds qu’il diffuse dans la chaine alimentaire marine lors de sa dégradation. Enfin, il est le « radeau » de nombreuses espèces invasives qui peuvent déséquilibrer les écosystèmes marins.

barre-orange-2

Articles associés :

- Plastique en Méditerranée : agir avec BeMed
- Les bioplastiques : une alternative pour demain ?
- Le sac cabas en coton bio aux couleurs de Tara