[Interview] Thierry Mansir, médecin référent pour expédition au bout du monde | Tara, un voilier pour la planète

[Interview] Thierry Mansir, médecin référent pour expédition au bout du monde

© Tara Expeditions Foundation

Médecin hospitalier en réanimation pédiatrique, Thierry Mansir est aussi le médecin référent du bord pour Tara. Un travail bénévole qu’il fait par passion pour mettre en place les dispositifs médicaux des expéditions.

 

Quelle est la particularité de Tara d’un point de vue médical?

Tara est un gros bateau où les manoeuvres ne sont pas forcément simples, il faut être extrêmement vigilant. On ne fait pas les manœuvres sur Tara comme sur un voilier de 5 ou 10 mètres.

Et puis, il y a d’autres risques dus aux manipulations scientifiques, comme le maniement du treuil qui est dangereux ou encore comme la plongée qui peut être une source d’accidents.

A bord, les marins de la marine marchande ont été formés aux premiers soins et sont sensibilisés aux risques de chaque expédition. Ils sont en lien avec le CCMM (Centre de Consultation Médicale Maritime) de Toulouse en cas de problème médical.

 

DSC_7806 (1)

Thierry Mansir,  médecin hospitalier en réanimation pédiatrique mais aussi médecin référent du bord pour Tara 

Quel est votre rôle ?

J’interviens en amont des expéditions pour évaluer les risques spécifiques à chaque mission, comme par exemple, la gestion du froid pour la préparation d’expédition très risquée comme une dérive sur la banquise lors de Tara Arctic entre 2006 et 2008. J’ai envoyé tout l’équipage à Chamonix pour être formé avec les médecins de haute montagne qui connaissent bien les gelures, de façon à savoir quoi faire pour les éviter et comment les traiter. Un protocole de traitement a été mis en place à bord au cas où ça arriverait.

Mon rôle est avant tout un gros travail de formation et de prévention. L’idée c’est de prévenir les signes plutôt que d’avoir à les traiter.

 

Qu’avez-vous mis en place sur la mission Tara Pacific ?

Une partie de l’équipage a été formée aux accidents liés à la plongée sous-marine, par un médecin hyperbare, à Toulon.

En parallèle de ça, il y a eu toute la préparation médicale du bateau. A bord, il y un caisson expérimental hyperbare en cas d’accident de décompression. De l’oxygène en quantité suffisante est prévu pour permettre de relier le port ou le centre hospitalier le plus proche, en cas d’accident. La trousse de pharmacie a été complétée avec des médicaments spécifiques pour la plongée.

Enfin, il y a eu toute une cartographie qui a été faite des centres de médecine hyperbares du Pacifique, et on a une autonomie suffisante sur le bateau pour assurer les premiers soins à bord.

 

Maéva Bardy

Articles associés