• Tara, un voilier pour la planète

    • agnès b

10 ANS D’ENGAGEMENTS

© F.Aurat/Tara Expéditions

Initiative privée (à but non lucratif) française, Tara Expéditions agit depuis 2003 en faveur de l’environnement et de la recherche grâce à un bateau mythique : Tara, taillé pour les conditions extrêmes.

Ce projet est né de la passion de l’Océan, d’une vision humaniste, originale et engagée de ses créateurs, agnès b et Etienne Bourgois. Il est dirigé par Romain Troublé.
Depuis 10 ans Tara n’a cessé de travailler. La goélette a parcouru 250 000 kilomètres sur tous les océans et réalisé 10 expéditions pour étudier et comprendre l’impact des changements climatiques et de la crise écologique sur l’Océan, avec des résultats concrets.
Tara Expéditions agit aussi quotidiennement pour renforcer la conscience environnementale du grand public et des jeunes.

Etienne Bourgois, agnès b. et Eric Karsenti

Etienne Bourgois, agnès b. et Eric Karsenti, co-directeur scientifique des dernières expéditions

 

« Ce qui nous rassemble c’est l’autre »

Agnès Troublé et son fils, Étienne Bourgois, sont un peu les deux mâts du voilier polaire Tara. Sans surprise, tous deux regardent vers l’avenir, toutes voiles dehors. Mots croisés.

Tara, c’est d’abord une histoire de famille : celle d’une mère et d’un fils qui aiment la mer, la terre, les hommes et la nature. « Tara, c’est aussi, au départ une histoire émouvante, témoigne Agnès Troublé, fondatrice et égérie d’agnès b. Celle de ce bateau appelé Antarctica, conçu par Jean-Louis Étienne avec les architectes navals Luc Bouvet et Olivier Petit, qui devient le Seamaster de Sir Peter Blake, qui trouvera la mort à bord. Ensuite, c’est sa femme Lady Blake qui se prend d’estime pour mon fils Étienne qui rêve d’expéditions polaires et scientifiques… » La suite, on la connaît. « En 2003, on a décidé d’acquérir ce bateau, Étienne et moi, afin d’agir en faveur de l’environnement. C’est ma contribution, à travers le fonds de dotation agnès b. coproducteur des expéditions de Tara avec d’autres parrains indispensables. » Et la célèbre styliste, étoile au grand cœur, d’ajouter : « L’histoire de Tara depuis dix ans parle pour elle et je ne veux absolument pas l’arrêter. »

Quant à Étienne Bourgois, directeur général du groupe agnès b. depuis 1986, il trouve encore le temps de gérer les expéditions du voilier polaire – même s’il ne monte que rarement à son bord – tout en s’occupant de ses sept enfants ! « Il y a dix ans, faire de la recherche scientifique avec ce bateau est ce qui me motivait, explique-t-il. Car la vérité est qu’on ne sait rien des océans, ou trop peu, alors que pourtant on en dépend. Mais je ne pouvais imaginer l’ampleur que prendraient nos expéditions, au point de me dépasser ! Car si gérer une entreprise de 2 000 personnes comme agnès b. me rappelle chaque jour au court terme, travailler avec les scientifiques de Tara me projette forcément, inversement, dans le long terme ! »

Agnès Troublé voit encore en Tara un magnifique outil pédagogique, entre autres grâce au dispositif Tara Junior*. « 5 000 enfants, à travers le monde, sont montés à bord du bateau durant l’expédition Tara Oceans (2009-2012). Ces enfants auront 20 ans dans dix ans. J’ai confiance en ces nouvelles générations. La prise de conscience progresse chez les plus jeunes. Ils connaissent les risques que court la planète. Ils savent qu’on joue avec le feu et que la banquise rétrécit vite. Même les grands pollueurs s’activent. Les Chinois, pour qui la pollution était le cadet de leurs soucis, réagissent et font des efforts, comme d’ailleurs les Américains. »

Il y a urgence : en trente ans, on estime que 75 % du volume des glaces de mer en fin d’été ont disparu en Arctique. La banquise en fin d’été est passée de quelque 8 millions de km2 à près de 3 millions de km2 fin 2012. « Nous ne pouvons rester contemplatifs, renchérit Étienne Bourgois. C’est pourquoi Tara est un projet international, qui dépasse les frontières. Ce qui nous rassemble avec Agnès, c’est l’autre, pas ce qu’on fait pour soi. La preuve : à bord de Tara, il n’y a ni ego, ni leader d’opinion, pas de show off ou de bling-bling. Le but de nos expéditions implique aussi, et à grande échelle, un partage de nos résultats. »

Agnès Troublé espère encore que davantage de noms, assez puissants, apporteront leur soutien aux futures expéditions Tara. « J’aimerais bien que d’autres gens riches – oui, riches, disons le mot – participent au projet. Certains sont généreux, d’autres non. Or, il faut que les riches partagent. Nous allons être sur Terre de plus en plus nombreux et sans partage, ça n’ira pas. » À bon entendeur !

Par Michel Temman, rédacteur en chef du journal Tara « spécial 10 ans »

Carte des 10 expéditions (zoom disponible)

Histoire de Tara (zoom disponible)