HyperDiver, le corail au scanner

© Pierre de Parscau / Fondation Tara Expéditions

Après un premier leg aux Tuamotu début octobre, TARA poursuit sa course dans l’archipel Polynésien pour un nouveau volet dans l’étude des coraux, une mission baptisée BioAtoll. Parmi les six nouveaux scientifiques qui ont pris place à bord, Arjun Chennu a emporté avec lui un appareil unique en son genre : l’HyperDiver.

Dans la chaleur du carré, à l’abri du vent et des embruns, Arjun Chennu est penché sur un étrange caisson. Venu de l’Institut Max Planck de Brême en Allemagne, ce physicien et écologue a pris part depuis quelques jours au programme BioAtoll piloté par Valeriano Parravicini. À bord de la goélette, ce volet de l’expédition s’intéresse au lien qui pourrait exister entre la santé des pentes externes des récifs et la forme même des îles. Quel serait l’impact de la disparition d’un lagon sur la santé des récifs bordants l’île ? Sans lagon, à lagon ouvert ou bien semi-fermé, Tara a mis le cap sur sept îles aux profils géologiques différents pour tenter d’en savoir plus.

Durant deux semaines, Arjun Chennu va mettre à disposition de la mission le prototype qu’il développe depuis maintenant deux ans. À travers la vitre de son caisson étanche apparaissent les objectifs et les capteurs de l’HyperDiver, un véritable scanner sous-marin. Grâce à une caméra hyperspectrale, le dispositif va pouvoir cartographier les récifs et livrer de précieuses informations sur la biodiversité de ces zones : éponges, algues et de coraux vont ainsi pouvoir être quantifiées avec une très grande précision. Alors que les analyses de ce type étaient jusqu’alors réalisées « à vue », par des plongeurs, l’HyperDiver espère livrer des résultats plus rapides et surtout plus objectifs que ceux collectés visuellement. Car on estime en effet à 20% le taux d’erreur humaine lors des opérations de comptage des coraux et des algues sur les récifs.

 

credits-david-hannan-hyperdiver-1L’HyperDiver en action à 10 mètres sous la surface © David Hannan / Fondation Tara Expéditions

 

C’est en Papouasie Nouvelle-Guinée qu’Arjun a tout d’abord testé et affiné l’HyperDiver. Pour ses premières plongées en Polynésie, le scientifique se voit confronté à la puissance des courants aux abords des îles qui rendent les analyses délicates. Car à 10 mètres sous la surface, il doit en effet réaliser des transects de 30 à 50 mètres en ligne droite au-dessus des récifs en poussant devant lui son imposante machine. Le long d’un décamètre déroulé sur le fond, Arjun effectue des allers-retours pour scanner l’ensemble de la zone et obtenir ainsi une photo instantanée de la biodiversité présente. Une opération de près d’une heure, à la merci des caprices du Pacifique.

De retour à bord, les données collectées se révèlent nombreuses : images vidéos, profondeur, dénivelé, lumière. Sur les images apparaissent les détails du benthos – les espèces qui peuplent le fond de l’océan – qu’il va falloir comptabiliser. Grâce à un algorithme l’HyperDiver va être capable d’identifier les espèces en fonction de la lumière qu’elles renvoient. Au fil des jours et des plongées, c’est toute une bibliothèque du vivant que va enregistrer ce dispositif qui pourra dans quelques mois analyser ces photographies de manière totalement automatique. De plus, les données collectées vont permettre d’établir une carte du récif en 3D pour pouvoir en étudier la forme et la structure.

 

capture-hyperdiver
Porites, Turbinaria et Algues Turf cartographiées par l’HyperDiver

 

Un nouvel outil pour les scientifiques qui gagneraient ainsi un temps précieux face à l’accélération des bouleversements qui mettent en péril les récifs coralliens. Le CRIOBE de Moorea espère pouvoir associer prochainement l’HyperDiver au projet Polynésia Mana, une mission de surveillance des récifs polynésiens menée tous les deux ans. Les prochaines plongées dans les eaux des Tuamotu devraient mettre à l’épreuve l’efficacité de ce scanner encore en phase d’expérimentation et déterminer si l’automatisation est bien l’avenir de la surveillance sous-marine.

Pierre de Parscau

barre-orange-2

 

Articles associés :

- Tara, partenaire de l’initiative internationale pour les récifs coralliens
- Tara Pacific, la science s’installe à bord
- Des innovations techniques uniques pour prélever le plancton