L'océan, un puits de carbone ? | Tara, un voilier pour la planète

L’océan, un puits de carbone ?

© C.Carre/Tara Expéditions

Les 35.000 échantillons de plancton collectés lors de l’expédition Tara Oceans n’ont pas fini de révéler leurs secrets. Après avoir permis de décrypter les interactions, la répartition ou encore la diversité des organismes planctoniques, les « données Tara » mettent cette fois en lumière l’importance capitale du plancton dans la grande machine climatique, à travers une nouvelle publication scientifique qui précise les mécanismes complexes contrôlant la plus grande « pompe à carbone » de la planète.

Si l’Amazonie est le poumon vert de notre planète, l’Océan en est indubitablement le poumon bleu. La moitié de l’oxygène que nous respirons provient en effet du plancton, plus précisément des organismes photosynthétiques qui produisent de l’oxygène, comme le ferait n’importe quelle plante terrestre. Mais l’impact de l’océan mondial sur le système climatique ne s’arrête pas là : s’ils délivrent une énorme quantité d’oxygène dans l’atmosphère, ces organismes y pompent également du dioxyde de carbone, le fameux CO2. Au cours des dernières décennies, l’océan a ainsi ralenti le rythme du changement climatique anthropique en absorbant près de 30 % des émissions humaines de dioxyde de carbone.

Plusieurs mécanismes participent à cette gigantesque pompe à carbone. 1) les océans emprisonnent naturellement, de par leurs propriétés physiques et chimiques, une partie du CO2 atmosphérique qu’ils entraînent dans les profondeurs. 2) le phytoplancton – le plancton « végétal » – capte le dioxyde de carbone pour le transformer en oxygène durant la photosynthèse et 3) les déjections et les cadavres des organismes planctoniques coulent lentement pour atterrir au fond de l’océan. Cette pluie de particules organiques riche en carbone, tels que les squelettes externes, coquilles ou enveloppes calcaires des micro-organismes, finira emprisonnée dans les sédiments du plancher océanique et peu à peu transformée en hydrocarbures. C’est ce que l’on appelle la séquestration du carbone ; en d’autres termes, un gigantesque puits à carbone.

Schéma de la pompe biologique à carbone

Schéma de la pompe biologique à carbone

 

Yann Chavance

 

Articles associés :

- Lire l’interview de Gaby Gorsky : interactions au coeur du monde planctonique

- Tara Oceans découvre un nouveau monde sous l’Océan

- L’Océan, le Climat et la Science : en savoir plus sur la Plateforme Océan & Climat