Premières observations après 5 mois de navigation | Tara, un voilier pour la planète

Premières observations après 5 mois de navigation

© Tara Expeditions

Formée en océanographie à Rio Grande, au Brésil, Maria-Luiza Pedrotti est l’une des scientifiques impliquée dans cette 10ème expédition de Tara. Chercheur au CNRS, elle travaille au sein de l’Observatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer.

Avant d’embarquer à bord de la goélette pour étudier la micro et macro faune accrochée, et s’atteler à la caractérisation du plastique prélevé à bord de Tara, la scientifique souhaitait nous en dire plus sur l’intérêt des techniques et sur les zones de prélèvements, ainsi que les premières observations à l’issue de 5 mois de navigation.

«  Depuis le début de la mission Tara Méditerranée en mai nous avons déjà effectué 150 traits de filets Manta et environ 40 traits avec le filet Bongo. Les fragments plastiques ont été triés à bord et conditionnés pour les futures analyses. Nous sommes donc en phase de prélèvements, Tara est entrain de quadriller les écosystèmes méditerranéens afin d’obtenir une analyse globale de la situation.
La stratégie d’échantillonnage de l’expédition Tara Méditerranée consiste à prélever au large mais aussi près des côtes proche des villes, des embouchures de rivières et dans les ports afin d’étudier les effets des activités anthropiques* et la pression exercée par le milieu terrestre.

On s’intéresse autant au littoral qu’à l’océan ouvert et ceci dans le but d’étudier l’influence du courant dans la dispersion des micro-plastiques, la présence des tourbillons et méandres qui se forment temporairement et peuvent accumuler les fragments, l’effet des vents qui mélange la couche superficielle et distribue les fragments dans la colonne d’eau. C’est pour cela que par mauvais temps on utilise le filet Bongo, qui pêche sous la surface, au lieu du filet Manta, qui récupère les micro plastiques dans la couche neustonique (couche de surface) par période de mer calme. Nous prélevons aussi de nuit au moment où le plancton des profondeurs migre vers la surface pour y trouver la nourriture et entre alors en contact avec les plastiques. Quelle surprise de rencontrer les bouts de plastiques mélangées à ces organismes parfois luminescents. Nous cherchons à connaître la part des micro-plastiques dans le réseau trophique*. Ces micro-plastiques ont la même gamme de taille que les organismes planctoniques et peuvent alors être confondus et ingérés par les organismes filtreurs comme certains poissons et les baleines par exemple.

Notre première préoccupation au début de la mission Tara Méditerranée était de couvrir autant que possible l’ensemble du bassin méditerranéen et les différentes structures physiques qui le caractérise. Pour cela, lors du plan d’échantillonnage les scientifiques de la mission préparent les cartes des trajets et les zones de prélèvement à l’aide d’images satellites et de modèles de circulation océanique. Ces outils sont fournis notamment par la société Mercator Océan pour déterminer les zones d’intérêt pour l’échantillonnage en mer. Nous utilisons aussi pour la météo, le site Sea-Seek, pour les courants, le vents et la surface pondéré par les vagues, les services du site My Ocean qui apporte des informations sur la mer Méditerranée basée sur la combinaison des observations spatiales et in situ.  Les cartes des trajets sont actualisées quotidiennement en fonctions des changements météorologiques et hydrologiques.

La Méditerranée ne possède pas de structures permanentes comme les gyres* observés dans les océans et qui sont formées sous l’influence de la rotation terrestre (force de Coriolis). Dans ces zones les plastiques sont emportés par les courants tourbillonnaires et se concentrent sur des milliers de kilomètres au centre de l’Atlantique ou du Pacifique. Les études menées depuis 2011 dans la partie nord-occidentale de la Méditerranée montrent que la quantité de plastique est du même ordre de grandeur que celle détectée dans ces zones tourbillonnaires, et cela nous inquiète beaucoup. Les premiers résultats de Tara sont alarmants ! Des fragments de plastique ont été trouvés à chaque relevé de filet et cela de l’ouest à l’est de la « Mare Nostrum ».

M.L. Pedrotti

 

Vocabulaire :

Anthropiques : qui a une origine humaine ; qui est causé par l’homme.

Réseau trophique : un ensemble de chaînes alimentaires reliées entre elles au sein d’un écosystème.

Gyre océanique : gigantesque tourbillon d’eau océanique formé d’un ensemble de courants marins. Les gyres sont provoqués par la force de Coriolis.