Alger- Barcelone : Première images microscopiques

©

5 octobre 2009

Résumé de la semaine précédente et le programme de cette semaine

Alger- Barcelone : Premières images microscopiques

La semaine dernière, nous avons embarqué Christian Sardet, l’un des coordinateurs scientifiques de Tara Océans et tout son matériel de prise de vues microscopiques.
Nos premiers clichés de plancton réalisés à bord de Tara !

La semaine a été émaillée par 3 stations de prélèvements. A chaque remontée de filets, les plus gros organismes du plancton sont collectés et regroupés dans une éprouvette. Ces spécimens sont fragiles et ne se conservent (vivants) que très peu de temps à température ambiante. La précieuse éprouvette est descendue dans les entrailles de Tara, jusqu’au laboratoire sec.
Première étape : observer à l’œil nu sur une table lumineuse. Ces organismes sont souvent transparents et gélatineux avec seulement quelques pointes de couleurs. La lumière permet de mieux les distinguer et de les sélectionner.
Deuxième étape : un par un, les individus sont aspirés et capturés au moyen d’une délicate pipette, puis reposés dans un autre récipient avec de l’eau de mer. Cette dernière est filtrée au préalable pour éliminer un maximum de particules qui viendraient parasiter l’image.
Troisième étape : disposer chaque spécimen sur une lamelle de verre avec une goutte d’eau de mer. Une deuxième lamelle est ensuite disposée par-dessus pour empêcher le plancton turbulent de bouger dans tous les sens. Toute la difficulté consiste à maintenir les petits animaux sans les écraser. Pour cela, on peut intercaler de petits morceaux de pâte à modeler entre les deux lames de verre.
Quatrième étape : le passage sous le microscope. Nous disposons en réalité d’une « macroscope », c’est à dire d’un appareil qui permet d’observer des animaux d’un centième de millimètre à plusieurs centimètres. Pour améliorer la qualité de l’image, il faut jouer sur l’éclairage, les couleurs et les contrastes… comme en photographie !
CLIC
Copépodes, chaetognathes, siphonophores : des minuscules crevettes, des vers à mâchoires et des ogives gélatineuses prennent forme et s’animent sous nos yeux. Le plancton devient plus accessible à nos rétines humaines grâce à la magie de l’image !
 
Sacha Bollet

De Barcelone à Nice

L’intérêt scientifique :

Quelle équipe internationale cette semaine ! Ca parle français, espagnol, anglais dans les coursives de Tara. On peut commencer une phrase dans une langue et la terminer dans une autre… l’essentiel c’est de se faire comprendre.
Cette traversée sera très courte, seulement deux jours, pour rejoindre Nice. Nous allons tout de même prendre le temps de faire une station. Il s’agit d’un prélèvement d’échantillons un peu particulier, puisque Silvia Acinas, la responsable scientifique de cette semaine, a l’habitude de venir échantillonner chaque année, précisément au même point. Nous serons au-dessus de 25 mètres de fond, ce qui est très peu par rapport à nos autres stations, mais ce qui permettra de comparer les données extraites de nos échantillons avec celles que Silvia et son équipe collectent depuis des années.

16 personnes à bord

SCIENTIFIQUES :
- Silvia Acinas (Espagne). Responsable scientifique. Filtration des bactéries et virus
- Uros Krzic (Slovénie). Macroscopie et imagerie.
- Judit Prihoda (Hongrie). Cytomètrie en flux.
- Hervé Le Goff. Ingénieur océanographe + responsable électricité et télécoms à bord
- Margaux Carmichaël. Filtration du phytoplancton.

MARINS :
-    Hervé Bourmaud. Capitaine.
-    Samuel Audrain. Second capitaine.
-    Julien Daniel. Chef mécanicien.
-    Mathilde Ménard. Lieutenant polyvalent.
-    Mike Lunn. (Nouvelle-Zélande). Officier de pont.
-    Marion Lauters. Cuisine.

MEDIAS:
-    Anne Gouraud. Chroniqueuse Thalassa
-    Bertrand Manzano. Monteur
-    Christophe Castagne. Cameraman
-    Sacha Bollet. Journal de bord
-    Nadia Loddo. (Italie). Journaliste Métro