Après un mois d’aventure scientifique en Russie

©

21 juillet 2013

Jeudi, sous un soleil radieux, les scientifiques de Tara effectuaient la dernière station longue du leg (étape) Mourmansk-Doudinka. A présent, tous les instruments de mesure sont éteints, car Tara vient d’entrer dans l’embouchure du fleuve lenissei. Lee Karp-Boss, chef scientifique de ce leg, revient sur ce mois d’aventure et d’échantillonnage, qui s’achève pour elle et son équipe.

- Lee, comment s’est déroulée la dernière station scientifique longue et quelles étaient ses caractéristiques ?

La dernière station longue de prélèvements fut relativement courte, étant donné la faible profondeur du site, seulement trente-six mètres. Ce qui nous intéressait, c’était d’échantillonner dans cette zone où la Mer de Kara est sous influence de masses d’eau provenant du fleuve Ienissei. La salinité était donc très basse, à 12 alors qu’en Mer de Barents elle était à 34,8. De mémoire, nous avons récolté dans les filets une grande quantité de larves de poisson. Nous avons aussi observé une forte concentration de matière organique dissoute, que l’on appelle communément le CDOM (couleur de la matière organique dissoute), et qui donnait cette couleur verte foncée à l’eau. Mais rien d’étonnant en zone côtière, puisque le CDOM provient généralement de la terre.

- Plus globalement, quel est le bilan de ce leg ?

De mon point de vue, ce leg fut très productif. Nous avons eu des conditions climatiques exceptionnelles, qui nous ont facilité le travail et qui nous ont permis d’effectuer toutes les stations prévues. Sans parler de l’expérience de l’équipage, des scientifiques comme des marins, qui fut un véritable plus pour le bon déroulement des stations de prélèvements. Au final, nous avons réalisé quinze stations, dont cinq longues. Ce qui est intéressant, c’est que nous avons échantillonné dans des environnements variés et avec des conditions diverses. Au fil de ces stations, nous avons observé des changements au sein de la communauté planctonique. Par exemple, la taille et la quantité du phytoplancton étaient plus importantes dans la glace qu’en mer de Barents libre de glace. Mais c’est une simple observation, les études génétiques et taxonomiques nous révèleront s’il y avait réellement une grande diversité. Nous avons aussi eu l’opportunité de travailler deux fois dans la gorge de Santa Anna, à des positions différentes. Les relevés sur les propriétés physiques de l’eau vont permettre à des chercheurs de poursuivre leurs études sur la circulation des courants, particulièrement intéressante dans cette zone. Et rappelons que grâce à l’étude de la circulation des courants, nous pouvons mieux comprendre les impacts du changement climatique.

- En dehors des échantillons de plancton envoyés dans de nombreux laboratoires, à quoi servent les données prises lors de l’expédition Tara Oceans Polar Circle ?

Nous avons, entre autres, un partenariat avec la NASA, l’agence américaine de l’aéronautique et de l’espace, et l’ESA, l’agence européenne de l’espace. A la fin de l’expédition, après vérification de nos chiffres, nous leur enverrons des données physiques sur l’absorption et la déviation de la lumière dans l’eau, ainsi que des données biologiques sur le genre des particules présentes dans la zone étudiée et leur concentration. Ces informations aident ensuite à réajuster les algorithmes, qui permettent de faire un lien entre les cartes satellites de couleurs des océans et la concentration de chlorophylle dans l’Arctique.

- Quelle est la suite de l’aventure ?

Je débarque à Doudinka et c’est Pascal Hingamp qui prendra la relève, en tant que chef scientifique. Au cours de ce second leg en Russie, le voilier devrait repasser dans une zone que nous avons déjà étudiée entre Mourmansk et Doudinka. Le comité scientifique est donc en pleine réflexion sur l’intérêt d’échantillonner de nouveau dans la zone, un mois après, pour voir les changements. En tout cas après la mer de Kara, l’équipe fera des prélèvements dans un autre environnement, la mer de Laptev.

Propos recueillis par Anna Deniaud Garcia

Cliquez ici pour voir toutes les photos de l’expédition