Aux portes du printemps

© H.Baron/Tara Expéditions

20 mars 2015

A trois jours de sa mise à l’eau à Lorient et à la veille du printemps et de « la marée du siècle », Tara profite du lever de soleil avant qu’il ne s’éclipse.

A bord, on peaufine les derniers « détails » pour le jour j, Daniel Cron et Loïc Caudan aux machines, derniers coups de visseuse pour Christophe, remontage des moulins à café et préparation du pont pour Nicolas Bin et Matthieu Oriot, Jean Collet à l’intendance du grutage et de l’emplacement à quai, le tout géré dans un calme et une bonne humeur quotidiens sous le regard bienveillant de Samuel Audrain, le Capitaine.

Durant ces trois mois de chantier, un vrai groupe de copains s’est créé, certains se connaissaient des expéditions précédentes mais la mayonnaise a bien pris avec les petits nouveaux aussi. Tout le monde travaille dans le même sens et tout se passe avec légèreté. Ce matin, drôle de hasard, en écoutant France Inter on reconnait agnès b., notre marraine, qui raconte son  printemps. Avec elle le printemps ne vieillit jamais… Elle raconte le fait de fredonner partout, tout le temps. Et bien à bord ça se passe un peu comme ça.

Tara s’est offert une nouvelle jeunesse, et chacun a le sentiment d’avoir fait du bien au bateau.

Loïc et Daniel ont réalisé un sacré travail sur le démontage et remontage du moteur tribord, sur papier ça ne prend qu’une phrase mais il faut imaginer la patience et l’application dont ils ont fait preuve, succès assuré !

Christophe le magicien ou sorcier, c’est selon, a retransformé l’ancien labo sec en cabine et, sous les plans de Samuel Audrain, a recréé un labo sec sur mesure à la place du petit carré. Sacré boulot ! A côté de cela il s’est occupé de refaire l’isolation des trappes d’accès aux moteurs par le carré, même Jean a enfilé son bleu pour l’aider, c’est dire l’émulsion de ce groupe !!

Matthieu et Nicolas ont remonté les cages d’hélices et, en prévision de la visite de sécurité annuelle, se sont plongés dans l’inventaire complet de l’armement de sécurité, la pharmacie, les cartes et documents techniques obligatoires, un sacré morceau aussi.

De son côté Louis Wilmotte a piloté les interventions sur l’électricité, changement d’inverters, de tableaux électriques et, attendus de tous, a entamé l’installation des leds ! Que la lumière soit !

Samuel, quant à lui, joue les contorsionnistes et chef d’orchestre entre téléphone, mails et coups de main aux uns et aux autres dès qu’il le peut, guider les intervenants extérieurs, épaulé par Jean, le directeur technique du chantier qui, soit dit en passant, nous apporte régulièrement un excellent café « torréfié maison ».

Tout va bien à bord donc, vivement qu’on se remette à flotter !!

Nicolas Bin

Articles associés