Bilan de trois semaines de navigation le long des côtes atlantiques

©

4 août 2008

Tara, au cours de ces trois semaines de navigation le long des côtes atlantiques, a laissé dans son  sillage, bon nombre de souvenirs et de rencontres au gré des escales durant lesquelles s’installait notre chapiteau.

De La Rochelle à Brest en passant par Camaret et les îles du Ponant telles que Hoedic et Yeu, Tara a pu être visité par le public, même si quelques fois compte tenu de la foule, cela n’a pas été possible. En tout, près de 2 200 visiteurs ont été guidés par groupe par des membres de l’équipage dans  le ventre de la baleine.

Les visiteurs sont toujours impressionnés par les importants volumes de ce navire peu ordinaire ainsi que par  ses dimensions peu communes et  sa forme ronde. Les visiteurs ont pu poser des questions sur l’expédition Tara Arctic mais aussi sur les caractéristiques techniques de notre chère goélette. Les discussions se sont aussi tournées sur les sujets très actuels du  réchauffement climatique et de l’environnement. Tara est donc devenu une plate forme mobile d ‘échange et de discussion sur le monde qui nous entoure, quoi de mieux pour ce navire qui a servi de base polaire pendant 16 mois à l’écoute de notre planète.

Au delà de la présentation du film à chaque escale, ces moment ont été aussi le moyen de rencontrer les amis du Tara, des gens qui, de prêt ou de loin, ont fait l’histoire de ce navire.

Des grands moments d’émotion ont ainsi jalonné notre route. Le passage à Camaret , où le bateau a laissé une empreinte indélébile restera un des moments forts de ce mois de juillet. Sans parler des vieux gréements que nous avons eus l’occasion de côtoyer durant notre séjour à Brest et avec qui nous avons pus tirer quelques bords en rejoignant Douarnenez.

Les acrobates, les musiciens ont quant à eux pu donner à l’Ile d’Yeu libre cours à leur imagination avec Tara comme scène de spectacle, lui réservant un accueil on ne peut plus chaleureux.

Pour le mois d’août, le bateau, après avoir rechargé le treuil océanographique et ses 3 000 mètres de câble, partira de Lorient pour rejoindre la Méditerranée  par le détroit de Gibraltar. Il réalisera alors au début du mois de septembre des essais de sondage en dynamique en baie de Villefranche.

Tara aura l’occasion de faire ensuite escale dans les ports de la grande bleue. (Monaco, Hyères, les Embiez, Marseille pour rejoindre ensuite Barcelone)

Hervé Bourmaud, capitaine de Tara