Cameraman de l’extrême

©

11 décembre 2006

Bruno Vienne est le caméraman de l’équipage de Tara, détaché par MC4 productions. Bruno a 53 ans, et a sur sa carte de visite un certain nombre de réalisations cinématographiques en tant qu’opérateur mais aussi réalisateur.

D.Bourget/Tara Expeditions. Bruno Vienne, caméraman de l’équipage de Tara détaché par MC4 productions.

D.Bourget/Tara Expeditions. Bruno Vienne, caméraman de l’équipage de Tara détaché par MC4 productions.


Je ne citerai que celles qui lui tiennent le plus à cœur : « Frère loup », « Balade pour un ermite », « Sur les trace de l’ours à lunettes », « Péril aux Galápagos », « Mission gibbons à Bornéo », « Le voyage de Chencho’, « Retour à Komodo »… .

Comment situes-tu la région polaire par rapport à d’autres contrées plus hospitalières ?
« L’hospitalité est dans les moyens qu’on y amène. Ici on vit dans une bulle et tout autour il y a une immensité fascinante ! C’est pour cela que nous vivons une vraie aventure. »

Tu es spécialisé dans le film animalier et la tentation est forte de te demander si en acceptant de nous suivre dans cette aventure, tu fais une analogie entre nous et ta spécialité ? :
« J’avais envie de nous filmer et de filmer nos réactions dans ce milieu hostile et dans des conditions très particulières, qui font ressortir nos instincts de survie et débarrassés du superflu. Et je dis nous car je souhaite être devant et derrière la caméra.»

Point de vue animaux, n’es-tu pas un peu frustré ? :
«C’est vrai, nous avons vu quatre ours, trois phoques et quelques oiseaux et maintenant plus rien. J’espère beaucoup qu’au printemps la vie reprenne.»

On dit que l’opérateur image est le maître de la lumière, ne vois-tu pas un paradoxe entre cette définition de l’opérateur et le fait qu’ici la lumière soit totalement absente ? :
« L’opérateur rêve la lumière. En tant que réalisateur animalier, je me sers beaucoup du jeu de la lumière naturelle. Ici il faut malheureusement un éclairage artificiel qui gomme la magie de cette ambiance ténébreuse, mais la qualité des images en dépend. »

Le cinéma, disait Bazin, est l’art du réel, si on veut coller à cette définition, le futur reportage peut-il être réalisé par un autre que toi ? :
« Il est trop tôt pour dire qui fera la réalisation. Malgré tout, il me semble indispensable que j’assiste le futur réalisateur pour assembler tous ces rushs de manière à restituer l’ambiance tout à fait particulière de cette aventure et à ne pas vous tromper. »

Propos recueillis par Denys