Cap sur 2020

© Maëva Bardy / Fondation Tara Océan

20 décembre 2019

Nouvelle année en perspective, regard sur l’horizon, 2020 sera l’année de la biodiversité et du climat. Pour commencer la Fondation Tara Océan vous donne rendez-vous à Paris ! Une fois Tara sortie de son chantier d’hivernage à Lorient, la goélette remontera la Seine pour s’établir du 2 mars au 12 avril sur les quais parisiens, pour partager, avec le plus grand nombre, aventure scientifique et connaissances. Mais 2020 lui réserve aussi une nouvelle mission d’ampleur. La goélette repartira naviguer d’ici fin 2020 vers de nouvelles aventures autour de la connaissance et du partage de cette biodiversité marine, parfois invisible et pourtant si essentielle. En attendant de vous en dire davantage, découvrez les temps forts de nos engagements pour l’Océan au cours de cette nouvelle année 2020.

2020, l’année de la biodiversité

Clown_Fish©Vincent_Hilaire_Fondation_Tara_Ocean©Vincent Hilaire / Fondation Tara Océan

UN conférence 2020 : une conférence de haut niveau sur les océans

Dans l’objectif de préservation des mers et des océans, la Fondation Tara Océan rejoindra, à bord de Tara, un grand rendez-vous international : la deuxième édition de la Conférence des Nations Unies sur l’océan. Elle aura lieu du 2 au 6 juin 2020 à Lisbonne. L’objectif de Développement Durable n°14 des Nations unies et sa concrétisation seront centraux. De nouveaux engagements – depuis la première édition datant de juin 2017 – sont à attendre, centrés sur la science et l’innovation principalement.

Le « Congrès mondial de la Nature » organisé par l’UICN, l’Union internationale pour la conservation de la nature, se réunira en France, à Marseille du 11 au 19 juin 2020

Il s’agit d’un congrès mondial qui a la particularité de rassembler un grand réseau d’acteurs hétérogènes (décideurs politiques, société civile, peuples autochtones, universitaires, acteurs économiques) autour de l’objectif de préservation de la nature face aux défis que posent les activités humaines et leurs relations avec la planète. On peut y voir une étape clé dans l’optique de la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité qui suivra en octobre 2020. Tara, à quai à Marseille pour le Congrès, appuiera le plaidoyer pour des Aires Marines Protégées, spécialement en Antarctique et dans le Pacifique, où la France joue un rôle-clé au niveau régional.

La COP15 de la Convention sur la Diversité Biologique en Chine

La convention sur la diversité biologique (CDB), adoptée par 168 pays lors du sommet de la Terre à Rio de Janeiro en 1992, a défini un cadre juridique international pour la conservation et l’utilisation de la biodiversité. Cette 15ème Conférence des Parties prévue pour octobre 2020 en Chine sera l’occasion, dans un contexte international de plus en plus conscient des enjeux de préservation de la biodiversité, de redéfinir des objectifs de protection pour l’océan, avec une ambition renouvelée pour la mise en place d’Aires Marines Protégées (AMP). En lien avec les activités proposées à Marseille pour le Congrès de la Nature, Tara portera des propositions pour des AMP effectives, bien gérées, et basées sur les meilleurs critères scientifiques qui répondent au défi climatique notamment.

La quatrième session de la Conférence intergouvernementale sur la biodiversité en Haute Mer (BBNJ)

La quatrième session de la Conférence sur la biodiversité en haute mer aura lieu aux Nations unies a New York en mars et début avril 2020. Face à des blocages persistants, un report de la fin des négociations prévue pour 2020 est à envisager, malheureusement, avec un recul de l’approbation du Traité qui régulera les activités en haute mer. Présent en tant qu’observateur, la Fondation Tara Océan portera à nouveau son plaidoyer pour un traité ambitieux, universel, contraignant, avec des fortes ambitions pour la coopération scientifique internationale.

La COP 26 : l’année 2020, les 5 ans d’Accord de Paris

Dans la continuité de la « Blue COP25 » qui s’est tenue à Madrid en 2019, la reconnaissance politique de l’océan au coeur de l’enjeu climat devra trouver une concrétisation au sein des plans d’actions nationaux. Pour la Fondation Tara Océan, faire reconnaitre la science comme fondement de la prise de décision éclairée et adaptée restera notre défi principal.

Autour du plastique : la mise en oeuvre des engagements au niveau national 

2019_06_08_Ramassage_Dechets_Scolaires_Mains©Marilou_Bourdreux_Fondation_Tara_OceanRamassage de plastique avec des classes de Saint-Malo en 2019 © Marilou Bourdreux / Fondation Tara Océan

Suite au vote de l’Assemblée nationale sur la fin de la vente (et de la mise à disposition) des emballages plastiques à usage unique en France, les premières interdictions verront le jour au 1er janvier 2020 avec la proscription des verres en plastique non-recyclés, des assiettes jetables et des cotons tiges en plastique, ainsi que des bouteilles d’eau dans les cantines scolaires.
L’objectif final d’interdiction du plastique est porté à l’horizon 2040. Toutefois, imaginer qu’il existe une solution unique et d’application immédiate aux plastiques dans l’environnement n’est pas réaliste. L’usage du plastique, ses applications, le volume qu’il représente, son caractère indispensable, les enjeux que peuvent poser des matières alternatives supposent que l’on agisse à différents niveaux : avec des solutions tout au long du cycle de la vie du plastique – de la production de la matière à son recyclage ou réemploi -  et des changements de comportements tangibles dans nos besoins de production et de consommation. 

Romain Troublé, Directeur général
Etienne Bourgois, Président-fondateur
André Abreu, Directeur des Politiques internationales

Articles associés