Cap vers Nantes, dernière escale avant Paris Climat

© C.Lesacq/Tara Expéditions

14 octobre 2015

Après un petit mois de repos et de chantier à Lorient, Tara quittait son port d’attache à l’aube du mercredi 14 octobre pour mettre le cap sur Nantes. La goélette y a été invitée à l’occasion d’un événement dédié au développement durable : la GreenWeek. Pour Tara Expéditions, ces dix jours nantais sont une dernière escale cruciale avant Paris et la COP21.

Nuit nuageuse et noire sur le port de Lorient. Il est 5h du matin et les premiers mouvements se sont fait entendre à bord de Tara. Rapidement les bruits des moteurs emplissent la goélette, et chaque marin prend sa place : il faut relancer la machine quelque peu endormie après trois semaines de chantier. La route sera courte : 90 miles séparent Lorient de Nantes, prochaine et dernière escale de Tara avant la remontée de la Seine vers Paris.

Une fois la misaine et la grand-voile hissées par l’équipage, la sortie de la rade de Lorient se fait sans encombre, peu après 6h. La goélette avance à bonne allure, 8 nœuds au lieu des 6 de moyenne. Après le passage au large de l’île de Groix, le ciel et la mer, d’un même gris clair, se sont peu à peu teintés de rose. Et c’est sous la lumière d’un soleil rouge que Tara est passée entre Belle-île et la presqu’île de Quiberon.

Au fil de la matinée, l’effervescence du départ retombe, et les nuages se dispersent dans une douce lumière. Un calme relatif s’installe à bord, accentué par l’arrêt d’un des moteurs. « Avec Tara, dès qu’il y a un peu de vent, on avance  vraiment bien. Dans un souci écologique, on peut donc couper un moteur et sortir la troisième voile, le yankee » détaille Martin Hertau, le capitaine. Entre 10h et 11h, Houat et Hoedic sont laissées à bâbord.

Après un déjeuner revigorant (sans cuisinier, mais avec les bons soins de Sylvie Duboué, présidente des Amis de Tara), le long du Pouliguen et de la Baule, Tara continue sans encombre vers Nantes. Le ciel est d’azur. Dans la goélette, on le sait : les dix jours à Nantes marqueront une étape doublement symbolique : la présence de Tara pour la première GreenWeek de la ville et l’ultime escale avant la COP21. « Nous nous rendons à Nantes sur invitation de Nantes Métropole pour la Greenweek, et dans le cadre des Rendez-vous du climat. Pour Tara, participer à un tel événement et soutenir une ville qui souhaite baisser de 50% ses émissions de gaz à l’horizon 2030, c’est totalement à propos ». Comme un prélude aux négociations parisiennes sur le climat à la fin du mois prochain.

C’est peu avant 16h que Tara est passée sous l’impressionnant pont de Saint-Nazaire, signal que la goélette scientifique avait définitivement quitté l’océan pour la Loire. Après quatre heures de navigation sur le fleuve, Tara devrait arriver en fin de journée dans celle que l’on a longtemps surnommée « la Venise de l’Ouest ».

 

Articles associés :

- Découvrez le programme de Tara à Paris Climat 2015 (COP21)

- Suivez Tara en direct et en images grâce à notre médiathèque