COMPTE A REBOURS, AVANT MISE A L’EAU

©

9 avril 2008

COMPTE A REBOURS, AVANT MISE A L’EAU

Le temps ensoleillé de la fin de semaine dernière nous a permis de terminer le carénage de Tara. Nous avons pu appliquer à l’aide d’un pistolet à peinture, les différentes couches époxy qui vont protéger les œuvres vives du navire (la partie immergée de la coque), ainsi qu’un antifouling que l’on applique en dernière couche et qui va empêcher les micros organismes tels que les algues et coquillages de s’accrocher sur la coque. Sous le soleil breton, cette nouvelle parure de couleur grise redonne un coup de jeune à la  « baleine ».
Dans le balai incessant des allées et venues, les hommes s’activent. 
De nombreuses pièces de la machine une fois contrôlées reviennent et sont remontées petit à petit. Les soudeurs spécialisés investissent les coins les plus secrets du bateau afin de faire quelques réparations et modifications. Les électriciens trouvent leur chemin dans la jungle de fils électriques qui courent dans les entrailles du bateau. Le temps presse, le compte à rebours avant la mise a l’eau est lancé : dans 8 jours, c’est la mise à l’eau. Tara va retourner dans son élément. Tout ne sera pas fini, les aménagements du pont seront à ce moment les priorités. Pour l’heure, notre attention est portée toute entière sur la coque. Les safrans, organes essentiels, qui nous permettent de diriger le navire, font peau neuve. Après les avoir décaper à  haute pression, nous avons pu remarquer la faiblesse de certaines tôles d’aluminium, abîmés  par un peu de d’oxydation. La particularité de ces appareils à gouverner est qu’ils sont modulables. Composés de 2 pales dissociées qui permettent de réduire le tirant d’eau afin de naviguer dans les fleuves et rivières (comme Sir Peter BLAKE en  Amazonie). De plus, leur structure est creuse et remplie d’huile ce qui protège les parties mécaniques.
Nous avons traité ce problème avec un produit qui reconstitue la matière, demandant des temps d’applications particulièrs et une grande précision dans la pose.

Hervé Bourmaud, capitaine de Tara