Dernière ligne droite pour Tara Pacific : “braquage météo”

© Yann Chavance / Libération

10 août 2018

Pendant un mois, Libération embarque à bord du voilier-laboratoire Tara pour suivre le travail des scientifiques de l’expédition, au chevet des récifs coralliens du Pacifique.

Réunion au sommet dans le PC com, la minuscule salle dédiée aux télécommunications, cachée derrière la coque en aluminium de Tara. Tous les marins écoutent le débit de mitraillette du capitaine, les yeux rivés sur les dernières cartes météo. « On va faire du 8 nœuds, au lieu de 6, pour éviter cette grosse dépression. On cramera plus de carburant, mais ça nous permettra de passer juste devant. » Se faufilant entre les grains, le voilier scientifique avancera donc ces prochains jours aux moteurs afin d’arriver sans encombre jusqu’à sa prochaine destination, l’île de Clipperton. Quelques jours plus tôt, alors que Tara filait le long des côtes mexicaines, l’étape prévue sur ce petit bout de terre française perdue dans le Pacifique Nord était encore en suspens. « A cette saison, on ne devrait même pas être là, résume le capitaine Martin Hertau. C’est un braquage météo. »

 

Lire la suite de l’article

Articles associés