D’une île à l’autre

© Yann Chavance / Fondation Tara Expéditions

12 septembre 2016

Tara a quitté mercredi dernier Rapa Nui – l’île de Pâques – pour prendre le large plein Ouest en direction de l’archipel des Pitcairn (Grande Bretagne) et plus précisément de la petite île déserte Ducie. Une navigation de seulement quelques jours pour l’équipage grandement renouvelé, débutée sous la fureur des vents.

L’escale d’une semaine à Rapa Nui (Chili) n’aura clairement pas été de tout repos. Le programme déjà chargé a dû être modulé heure après heure en fonction des conditions météorologiques. Le seul port de l’île étant insuffisamment grand pour accueillir Tara, la goélette n’a cessé de changer de zone de mouillage en fonction des vents et de la houle. Malgré ces conditions rendant l’embarquement sur Tara difficile, tous les nouveaux arrivants ont bien pris leurs quartiers avant le grand départ, mercredi soir. C’est ainsi au grand complet – 16 personnes – que la goélette a laissé derrière elle les Moaï et leurs mystères pour reprendre le large.

 

credits-yann-chavance-briefing-securite-1
Le nouvel équipage au complet, réuni dans le grand carré pour un briefing sécurité © Yann Chavance / Fondation Tara Expéditions

 

Parmi les nouveaux venus, l’australien Pete West, grand spécialiste de plans macroscopiques de coraux, est venu remplacer David Hannan pour les prises de vue sous-marines. L’ingénieur océanographe Calixte Berger seconde quant à lui Guillaume Bourdin sur le pont arrière pour les prélèvements journaliers de plancton. Enfin, les cinq autres nouveaux arrivants constituent l’équipe corail : Emilie Boissin, l’une des coordinatrices scientifiques de l’expédition, plongera avec Becky Vergathurber, de l’Université de l’Oregon, Christian Voolstra, biologiste au KAUST (Arabie Saoudite) et Pascal Conan, biogéochimiste à Banyuls-sur-mer. Guillaume Iwankow (CNRS) sera quant à lui en charge des prélèvements de poissons. Enfin, l’artiste plasticienne Elsa Guillaume vient compléter cette nouvelle liste de l’équipage.

 

 

Pour cette équipe fraichement embarquée, la goélette ne fut pas tendre avec les estomacs les plus fragiles : des creux de plus de six mètres, des rafales de vent dépassant les 40 nœuds… Les deux premiers jours de navigation depuis Rapa Nui ont secoué vivement tous les occupants de la goélette, avant que le temps ne se calme pour offrir un grand soleil et une mer d’un bleu profond.

 

credits-yann-chavance-igloo-1
David « Monch » Monmarché, chef plongée, profite du beau temps revenu sur le pont de Tara © Yann Chavance / Fondation Tara Expéditions

 

De quoi réjouir les 16 Taranautes avant d’arriver à Ducie Island, une île déserte faisant partie de l’archipel Pitcairn. Tara y restera une petite semaine pour des plongées qui s’annoncent riches en émotions : selon les – très – rares plongeurs à s’être aventurés jusqu’ici, la petite île perdue au beau milieu du Pacifique regorge de coraux… mais aussi de requins.

Yann Chavance

Articles associés