Echos du bord

©

8 octobre 2010


Sarah Searson championne d’automne (printemps pour nous !) de pêche océanique 

Déjà au top sur la plage arrière pour mettre à l’eau tous les matériels scientifiques, Sarah a une grande qualité en plus, elle a le sens de la pêche (pas de n’importe laquelle, celle des calamars). Lorsque dans les faisceaux lumineux arrières de Tara, à quelques mètres sous la surface, ils traversent tels des fusées cet espace une fraction de seconde, elle est l’une des rares à bord à savoir qu’ils sont là.
Et lorsqu’elle en a le temps (c’est rare), elle s’empresse une fois ce signal donné, de mettre une petite ligne à l’eau.

C’est esthétique et efficace à la fois, comme Sarah. Elle lance sa ligne avec son leurre par dessus bord dans un geste aérien, qui lui permet d’atteindre une dizaine de mètres. Après, méthodiquement pat petits coups du poignet elle ramène son leurre fluorescent. En deux pêches, elle a ramené sur le pont avec un petit cri de joie à chaque fois «yeshhhh», de beaux spécimens. Depuis notre départ de Capetown, six calmars ont croisé la route de Sarah.

Le seul qui à bord, à relever le défi s’appelle Patrick Chang de l’ancienne équipe scientifique, il a sorti un black jack de huit kilos au mouillage à Ascencion. L’honneur masculin était à ce moment là sauf, mais depuis Sarah à relancer son leurre fluo. Et on s’est tous régalé, puisque Marion détient maintenant la recette secrète de Patrick Chang pour préparer et cuisiner ces dons des mers.

Smorbrodt….fisk….tac

Depuis Ascencion, deux suédois sont à bord. Linda Mollestam matelot polyvalent embarquée à Capetown, et Mattias Ormestad un des quatre scientifiques de la relève. De temps en temps, ils discutent dans leur langue natale à bord et nous apprennent quelques mots aussi “Smaklig maltid (bon appétit), watten (eau), tac tac (merci beaucoup).” Mais le plus souvent nous échangeons en anglais à bord bien sûr. Ils parlent cette langue presque couramment. A tel point que nos deux suédois nous apprennent aussi des mots en anglais ! Linda est passionnée par la mer, la voile les rencontres et le voyage, Mattias par la photographie. Il a une collection étonnante de photos de poissons prises dans des aquariums.

Tara retrouve le vent et ses voiles

Depuis hier matin après la station longue, foin des moteurs : Nous avons retrouvé le vent et toutes nos voiles. Grand voile, grand voile de misaine, foc yankee, trinquette. Tara file à nouveau sur l’onde, slalomant entre les vagues et les moutons. Nous avons fait des pointes à neuf nœuds et notre moyenne est de sept.

Nous avons envoyé toutes nos voiles à la main, sans aucun winch électriques, s’il vous plaît. Après ces premiers jours de grand calme qui ont été parfaits pour roder la nouvelle équipe avec une station scientifique longue tout en douceur, nous avons donc retrouvé les sensations de navigation d’un voilier qui fait sa route sur l’océan. Ce flux d’Est doit durer jusqu’à demain, si les prévisions météorologiques s’avèrent exactes.

Nous basculons cet après-midi à GMT -1 ou TU – 1 suivant les écoles, fini l’heure anglaise et à nous les fuseaux qui nous conduisent à l’heure brésilienne.

Vincent Hilaire