Empire du Milieu pour Tara

© Agathe Roullin / Tara Expeditions Foundation

26 février 2018

Tara a mis le cap au nord et hissé les voiles pour atteindre la Chine. Quatre jours de navigation marqués par une petite frayeur au large du Vietnam après laquelle la goélette et son équipage sont arrivés à Sanya, au sud de l’île de Hainan.

D’imposantes barres d’immeubles, complexes hôteliers titanesques, se dressent à l’horizon. Un curieux ballet de yachts, monocoques et bateaux de pêche se presse, intrigué, autour de Tara. Voilà la Chine. Sanya, égérie d’une chinese riviera très prisée est en plein nouvel an. De nuit, le décor est encore plus spectaculaire : sur les façades des buildings ondulent dauphins et méduses de lumière, clignotent rennes, palmiers et messages en mandarin. Sur le pont, les Taranautes profitent de la fraîcheur du soir.

La goélette a pris son temps pour atteindre l’île de Hainan. Partie le 15 février de Nha Trang, elle a évité les résidus d’une tempête qui remontait des Philippines jusqu’au Vietnam. Les voiles sont de nouveau sorties de leurs tauds, pour le plus grand plaisir des scientifiques, ravis de pouvoir se changer les idées. Nous attendons encore le feu vert de Pékin pour reprendre les plongées et les échantillonnages dans les eaux du pays avec deux chercheurs chinois.

 
Vue_avant_Tara_sous_voiles@Agathe_RoullinA nouveau, entre Nha Trang et Sanya, Tara a pu sortir toutes ses voiles © Agathe Roullin / Fondation Tara Expéditions.
 

Doute en mer de Chine

Tara sous voiles file donc tranquillement en mer de Chine, lorsque, la veille de son arrivée à Sanya, sa route est perturbée. Il fait déjà nuit noire, ce dimanche 18 février, quand David Monmarché, chef plongée et marin, alors de quart, tire le capitaine de sa bannette. Un bateau a subitement changé de cap, et se rapproche rapidement de Tara, sans raison apparente. Bientôt, d’autres points apparaissent sur la carte, à l’ouest, dans le prolongement du premier. Bateaux de pêche en train de remonter leurs filets, ou navires mal intentionnés ? Dans le doute, Samuel Audrain lance immédiatement la procédure établie en amont – démarrage du moteur, changement de route, affalage des voiles – et avertit la direction de la Fondation. On se réveille, on lâche son ordi, on interrompt une partie de tarot. Désormais l’équipage au complet se tient sur le pont en silence, tandis que Tara s’échappe vers l’est. Revendiquée par plusieurs pays – et notamment par la Chine, le Vietnam et les Philippines – la mer de Chine méridionale est une zone singulière où les bateaux doivent rester prudents. Le navire dont le comportement inquiétait le capitaine s’éloigne. Des pêcheurs, sans doute. Tara se détend. Marion Lauters fait le tour de l’équipage avec un bol de M&Ms. La goélette va pouvoir remettre le cap vers Sanya.

Articles associés