En route vers l’île Tromelin

©

17 mai 2010

Normal
0
0
1
395
2255
18
4
2769
11.0

0

21
0
0


En route vers l’île Tromelin

Son nom est un mystère pour la plupart des oreilles métropolitaines : Tromelin. C’est l’une des îles Eparses françaises de l’Océan Indien. 5 territoires méconnus éparpillés autour de Madagascar, où ne pousse qu’une végétation parcimonieuse.

Les îles Eparses sont gérées depuis 2005 par le préfet des Terres australes et antarctiques françaises (TAAF) basé à la Réunion.

La première sur notre parcours c’est Tromelin, à mi-chemin entre la Réunion et Madagascar. Une langue de sable d’1,7 kilomètre de long sur 700 mètres de large. Entourée de récifs coralliens et de fonds de 4 000 mètres, Tromelin a toujours possédé une réputation de péril peu accueillant pour les bateaux de passage. Une configuration parfaite en ce qui concerne nos recherches sur Tara. Nous allons pouvoir échantillonner ces masses d’eau rarement fréquentées par d’autres passionnés de plancton. « C’est un caillou au milieu de l’océan » raconte Lionel Bigot, scientifique de l’université de la Réunion qui rejoindra Tara à Mayotte. « Ces îles passionnent tout le monde parce qu’elles sont isolées de toute présence humaine ».

Sur Tromelin, seule une station météorologique a été installée pour conforter la présence française. « Même si ces territoires sont de petites tailles, leur zone économique exclusive représente plus de 640 000 km2… ça attire forcément les convoitises au niveau de la pêche, des scientifiques et des revendications géopolitiques entre les pays…».

En attendant de pouvoir plonger nos filets dans ces eaux si protégées, nous écoutons avec terreur l’histoire de Tromelin, île des esclaves oubliés. En 1761, l’Utile, navire négrier de la Compagnie françaises des Indes Orientales fait naufrage sur les redoutables récifs qui ceinturent la plage. 142 membres d’équipage et une soixantaine d’esclaves malgaches survivent au désastre et s’organisent en récupérant les restes de l’épave. Après deux mois sur Tromelin, l’équipage réussit à reconstituer une embarcation et quitte l’île en abandonnant les esclaves avec la promesse solennelle de revenir les chercher.

Il faudra attendre 15 ans pour que la promesse soit honorée, par le chevalier de Tromelin, qui récupère 7 femmes survivantes et un enfant de 8 mois. Ils se sont maintenus en vie de manière presque inexplicable sur cette île dépourvue de ressource, réussissant même à maintenir un feu allumé alors qu’aucun arbre n’y pousse. Les Esclaves oubliés sont affranchis et l’enfant baptisé Moïse.

Avant même d’avoir aperçu leurs côtes sablonneuses, les îles Eparses ont piqué notre curiosité. Gardons-nous bien de nous approcher et contentons-nous de sonder les mystères des fonds qui entourent l’île des Esclaves Oubliés.

Sacha Bollet