En vue de Pond Inlet (Canada)

©

6 octobre 2013

Après avoir quitté Arctic bay et l’Admiralty Inlet, Tara et les treize du bord font route vers Pond Inlet. Pour sortir de la baie Admiralty, après une première station scientifique consacrée aux larves de morue arctique dans un fjord proche, il a fallu traverser un bouchon de glace la nuit suivant notre départ. Tara s’est alors retrouvé dans le détroit de Lancaster (Lancaster Sound). Ce dimanche, nous sommes à quelques miles de Pond Inlet que nous atteindrons après une dernière station dans Eclipse Sound.

Eclipse Sound : Un nom qui colle comme un gant à cet endroit tant sa beauté éclipse une grande partie des merveilles que nous avions déjà vues avant. Depuis Arctic Bay, nous bénéficions toujours d’un anticyclone stable bien installé. Le soleil est tous les jours au rendez vous avec bien sûr, c’est le revers de la médaille, des températures assez froides. Le thermomètre a dégringolé ces derniers jours jusqu’à -7°C sans compter l’influence du vent, « le ressenti ».

C’est à cause de ces paramètres météorologiques que dans la première nuit qui a suivi notre départ d’Arctic Bay, nous avons du franchir deux bouchons de glace. Un vent de Nord-Ouest assez fort s’était levé ce qui a eu pour conséquence de ramener dans cet inlet* une glace jeune déjà assez dense, principalement des gros pancakes**, qui peu à peu se serraient les uns contre les autres. Un pancake géant et nous étions au milieu, tout en voyant l’eau libre à une centaine de mètres sur la gauche.

Marche avant, marche arrière il a fallu faire ronfler « Brigitte » et « Thérèse », les deux moteurs de Tara et leurs 700 chevaux pour se sortir de ce piège blanc, rendu invisible par la nuit noire. Le vent forcissait en plus et nous rentrions au fur et à mesure contre notre gré dans ce pack vers la côte, l’étau blanc semblait bien vouloir nous garder avec lui…gloups !

Mais Tara a tenu bon encore une fois, rassurant ainsi la plupart de l’équipe réveillée par le vacarme des moteurs, « on aurait dit un avion en bout de piste prêt à décoller » me confiait l’un d’entre nous !

Le lendemain, dans le Lancaster Sound, nous avons vu de nombreux icebergs échoués aux formes très sculpturales avant de rentrer dans le Navy Board Inlet, après une nuit passée au mouillage. Cette partie de notre voyage me rappelait la Patagonie et ses canaux, avec ces glaciers qui se jettent dans la mer, des mélanges de couleur bleue, marron, blanche et noire mais là pas de vert, celui de la végétation. La toundra arctique s’étend ici entre deux monts à perte de vue.

Sur notre route aussi, cet incroyable iceberg tabulaire avec cette proue ressemblant à celle d’un Titanic bleu, gelé entouré d’un ciel orangé et anthracite par endroit, du « Cinemascope » qui aurait pu être capturé par les caméras du même James Cameron.

Ce dimanche matin, Pond Inlet est là devant la proue. Le temps toujours aussi radieux et froid. La Mer de Baffin n’est plus qu’à quelques milles, et « en face », une fois que nous l’aurons traversée, le Groenland.

Ce sera pour moi encore une grande première…

Vincent Hilaire

* chenal

** pancakes de glace : Des petites plaques de glaces de quelques mètres à peine en forme de galette arrondie