Et viva…A Coruna !

©

28 mars 2012

Après une traversée atlantique retour sans dépressions douloureuses, nous sommes arrivés ce mardi à la pointe nord-ouest de l’Espagne. C’est le dernier sas avant Lorient. Nous sentons désormais arriver la fin de cette aventure, avec nostalgie mais aussi satisfaction de tout le chemin parcouru et la qualité du travail accompli.

Dès son lever, le soleil était plein de promesses. Avec certitude, nous savions qu’une belle journée nous attendait. Dans la brume du matin, on devinait une côte, comme des falaises. Lentement, Tara taillait sa route dans l’eau verte et calme. Un parfum de goémon et d’algues se dégageait des flots. Un parfum agréable qui rappelait aux Bretons du bord leur terre d’attache. 8H00 et déjà 20°C.

Dans la brume perçait maintenant un cône comme un clocher. Quelques miles plus loin, la côte se dessinait un peu mieux et l’on apercevait les premiers immeubles. En fait de cône, c’était le phare surplombant « Punta Eiras » qui déployait un peu de sa prestance.

La brume était maintenant bien levée quand quelques globicéphales sont sortis à quelques mètres de Tara. Placidement, ils remontaient à la surface pour respirer avant de définitivement sonder quelques secondes plus tard.

Comme à chaque atterrissage, la plupart de l’équipage était réuni sur le pont pour apprécier ce retour sur Terre. Même après quelques heures de sommeil à peine, pour ceux qui avaient les plus mauvais quarts, l’excitation était suffisante pour sortir les plus fatigués de leur bannette.

Enfin, la digue du port de A Coruna s’offrait à nos yeux. Après avoir envoyé le pneumatique en éclaireur pour s’enquérir des places disponibles, Loïc Vallette a accepté le prix de l’escale et Tara a été rapidement amarré tribord à quai.

Cette dernière étape avant « le retour à la maison », sera juste un « touch and go ». Nous quitterons la Corogne dès demain avec à bord Etienne Bourgois et Romain Troublé, respectivement président et directeur des opérations de Tara Expéditions. Avec eux, Eric Karsenti et plusieurs coordinateurs scientifiques de Tara Oceans, avec lesquels nous ferons cet ultime voyage. Un moment de partage et de joie avant ces grandes retrouvailles avec notre port d’attache et d’attachement, Lorient.

Au fait, une dernière chose. Depuis ce midi, après deux ans et demi de voyage autour du monde nous avons retrouvé l’heure de France.
Ça nous rapproche encore un peu plus de vous !  

Vincent Hilaire