Exercice de sécurité

©

14 mai 2007

Voilà maintenant deux semaines que Tara a accueilli son nouvel équipage pour la période estivale et tout se passe plutôt bien.

Samedi vers six heures du matin il y a eu un changement assez rapide de l’orientation du vent du secteur Ouest au secteur Est avec une température proche de -5°C. Ce sont des conditions très favorables aux mouvements de glace. La banquise ne s’est donc pas gênée et en a profité pour faire des siennes. La rivière, qui s’était formée fin avril et qui avait endommagé la piste d’atterrissage, s’est de nouveau ouverte de façon plus anarchique que la première fois. Des fractures se sont formées dans tous les sens, créant ainsi des îlots au milieu de l’eau presque libre. Ces mouvements de glace faisant apparaître l’eau, nous rappellent que nous sommes sur une fine pellicule de glace au dessus de 3000 mètres de fond.  

La vue de cette eau libre nous a donné à tous l’envie d’une petite baignade. Et oui, pourquoi ne pas se baigner dans l’océan Arctique ! Mais c’était avant tout une bonne opportunité d’allier plaisir et exercice de sécurité. Car, en cas d’urgence, il nous sera peut être nécessaire de traverser un lead (rivière), un entraînement est donc indispensable. La combinaison de survie est un des deux moyens utilisés par les randonneurs du pôle pour traverser les rivières qu’ils croisent sur leur route, l’autre système est de transformer la pulka (traîneau) en kayak.
Nous souhaitions aussi tester le matériel de ski. Nous avons donc regroupé ces deux activités en une petite expédition du dimanche.

Nous sommes donc partis Timo, Audun, Guillaume, Sam, Grant, Minh Ly et moi, les skis chaussés en direction du lead, sans oublier bien sûr Tiksi et Zagrey. Arrivé au Lead nous avons chacun à notre tour testé la combinaison de survie en traversant un bout rivière. Un grand moment, ce petit plongeon dans l’Arctique !

Nous avons ensuite rangé la combinaison dans la pulka et rechaussé nos skis pour continuer la balade pendant 2h.
Cette randonnée à ski nous a permis d’aller vérifier le bon fonctionnement de la station sismique qui se trouve de l’autre côté du lead et de voir l’état de la banquise autour du navire.

Le banya du dimanche soir a été bien apprécié après cette après-midi sportive.

Marion