Interview de Gaby Gorsky, coordinateur scientifique de Tara Oceans : « Mesurer la colonne d’eau verticale, de 0 à 2 000 mètres, avec des relevés tous les 5 centimètres »

©

8 octobre 2009

Interview de Gaby Gorsky, coordinateur scientifique de Tara Oceans : « Mesurer la colonne d’eau verticale, de 0 à 2 000 mètres, avec des relevés tous les 5 centimètres »

1 mois après le départ de Tara, le bateau est en escale à Nice. L’occasion d’embarquer une nouvelle machine de mesures scientifiques : la rosette CTD… et de faire le point avec Gaby Gorsky, océanographe au laboratoire de Villefranche sur mer et coordinateur scientifique de Tara Océans.

Quel est votre bilan après 1 mois écoulé ?

Gaby Gorsky – « J’étais assez pessimiste au début sur notre capacité à prélever des échantillons propres, c’est à dire bien calibrés et de bonne qualité dans un laboratoire humide comme celui qui est installé sur le pont de Tara. Maintenant je pense qu’on va non-seulement démontrer que c’est possible, mais aussi que des expéditions sur des petits bateaux comme Tara, constituent une partie indispensable de la science du 21 ème siècle avec les satellites, les ballons, les planeurs sous-marins, les avions, les navires océanographiques. »

Quelles sont les choses à revoir, à modifier ?

Gaby Gorsky- « Il y a 200 scientifiques qui veulent embarquer, mais seulement 5 places par semaine. On s’est rendu compte que nos protocoles étaient chargés… mais nous ne pouvons pas faire la même palette de mesures que sur un gros bateau océanographique avec 30 scientifiques et 30 marins. En revanche nous sommes les seuls à partir pour 3 ans autour du monde. On a aussi trouvé en un mois comment échantillonner de grandes quantités d’eau dans de petits espacesen station et en mouvement, à la fois pour la biologie et la physique ! »

Qu’est-ce que la rosette qui est embarquée aujourd’hui sur Tara ?

Gaby Gorsky- « C’est une plateforme de mesures scientifiques qui est utilisée sur les navires les plus avancés du monde. Certains éléments de la rosette n’ont été testés que 3 fois avant Tara. C’est une structure métallique en forme de cage qui regroupe toute une panoplie de capteurs de paramètres physiques (pression, température, conductivité), chimiques (oxygène, nitrates), géochimiques (distribution des petites et grandes particules), biooptiques (mesure des propriétés optiques de l’eau) et biologiques (fluorescence, zooplancton…). Ca nous permet de mesurer les propriétés d’une colonne d’eau verticale, de 0 à 2000 mètres, avec des relevés tous les 5 centimètres environ.  Si on travaille proprement, on devrait pouvoir récolter des données pour plusieurs générations futures et à un niveau planétaire. Nous établirons j’espère des données de références qui pourront être comparées avec de futurs relevés sur tous les océans du monde.»

Quand est-ce que les premiers résultats seront connus ?

Gaby Gorsky- « Les premiers sont déjà en ligne ! Les données de salinité et de température qui sont mesurées en permanence sur Tara sont publiées sur le site internet du laboratoire LOCEAN. Bientôt nous pourrons aussi ajouter des résultats physiques et biologiques en 3D. De cette manière le monde entier pourra juger ».

Propos recueillis par Sacha Bollet