Interview d’Etienne Bourgois

©

3 novembre 2008

Etienne Bourgois, directeur de Tara Expéditions était sur Tara lorsque le bateau est rentré dans Paris ce matin, sous le soleil.

Comment s’est passé cette navigation entre Rouen et Paris ?

C’était une sorte de croisière immobile avec une impression très curieuse de voir des arbres, des maisons, des voitures à travers les hublots de Tara ! On est d’avantage habitué à voir la banquise ou la mer sur ce bateau.

Quand nous sommes passés devant le chantier où le bateau a été construit à Villeneuve-la-Garenne, j’ai eu au téléphone, Jean Collet qui était le premier capitaine du bateau à l’époque d’Antarctica. C’était très émouvant.

Qu’avez-vous ressenti quand vous êtes rentré dans Paris ?

Il y avait beaucoup d’excitation. Il est très important que Tara rende compte de l’expédition qu’il a menée en Arctique. C’est pourquoi nous sommes là.

La venue du bateau, avec pour la première fois une grande exposition*, fait partie aussi de notre mission de communication. Ainsi de plus en plus de monde prend conscience de la réalité des changements climatiques. Cet été en Arctique, les températures étaient encore très élevées. Notre équilibre global est gravement menacé.

Nous ne voulons pas avec Tara faire de catastrophisme, mais nous voulons alerter, sensibiliser, agir.

Pendant deux mois, nous allons sensibiliser, grâce à l’exposition « Tara, voyage au cœur de la machine climatique »*. Nous voulons sensibiliser notamment les enfants. L’exposition leur sera réservée le mardi.

Un livre « Tara, 500 jours de dérive arctique », de Michèle Aulagnon et de Francis Latreille, sort chez Gallimard cette semaine.
Par la suite, j’ai hâte que Tara reparte en expédition, que le bateau reparte au travail .

Allez-vous profiter de la présence de Tara à Paris, pour faire des travaux techniques spécifiques ?

Oui nous allons changer entièrement le gréement courant. Nous allons revoir toutes les poulies et manilles. Nous allons travailler aussi sur les réducteurs qui n’ont jamais été démontés. Et un safran sera radiographié.
Avant cela Tara sera remâté mercredi après-midi. Chacun des deux mâts pèse deux tonnes. Cela va être une grosse opération.

* Exposition « Tara, voyage au cœur de la machine climatique »
Ouverte tous les jours de 10 h à 18h, sauf le lundi matin et mardi toute la journée
Billet à 5 €, gratuit pour les moins de 12 ans