J-15 avant la mise à l’eau

©

22 juin 2009

J -15 avant la mise à l’eau

La mise à l’eau de Tara est programmée le 6 juillet. Il reste, en quinze jours, de nombreux détails à vérifier. Les aménagements, au fur et à mesure, remplissent les espaces vides qui avaient été démontés pour la totale réfection du navire et redonnent par là même une vie au bateau. La semaine dernière a été marquée par l’installation du groupe électrogène arrière consacré à la marche du treuil océanographique mais aussi à la production électrique du bord.

Un air d’aventure commence réellement à se ressentir autour de Tara avec entre autres,  l’implantation sur le côté tribord du bateau, d’une grosse pompe de relevage d’eau de mer destinée à la filtration pour la science. Un  laboratoire humide a été également mis en place sur la plage arrière du Tara, il va servir à traiter, filtrer, analyser le monde de la vie unicellulaire des océans. D’une masse assez imposante, il modifie pour la bonne cause la silhouette gracieuse de la goélette polaire.
L’équipe travaille avec acharnement à remettre en place les pièces de ce puzzle géant. Les soudeurs terminent les dernières soudures sur la coque. La priorité est mise sur les œuvres vives du navire et sur le réaménagement intérieur afin de pouvoir reprendre notre vie à bord une fois le bateau à l’eau, après 4 longs mois de chantier.

Une importante conférence de presse ainsi qu’une réunion de coordination avec les chefs de projet des différents laboratoires se sont déroulées à Paris la semaine dernière. En plus de l’annonce officielle au grand public de l’expédition, ces rencontres ont permis à l’équipe de Tara Oceans de régler les derniers réglages de l’installation du matériel science à bord. Le programme des différentes sorties en mer a été établi, ces dernières vont servir au cours du mois de juillet et août à nous entrainer et à peaufiner les réglages tant au niveau du matériel que de la bonne marche du navire. Tout l’équipage est impatient de reprendre la mer et de voir se concrétiser le résultat de centaines d’heures de travail d’une équipe motivée par ce projet exceptionnel.

Hervé Bourmaud, capitaine de Tara