J-3

©

2 septembre 2009

J- 3
La parole aux Lorientais

A trois jours du départ, je m’extraie du bateau pour une petite virée en centre ville de Lorient. L’idée c’est de savoir ce que pensent les gens de notre bateau et de notre future expédition. Première escale : le restaurant La Base qui contemple Tara du quai de la Cité de la Voile. Nicolas, le barman, n’est pas très calé sur le but scientifique de l’expédition, “mais tous mes collègues m’ont dit que c’est hyper intéressant…”.

Direction la place Alsace-Lorraine où les Lorientais affluent en cette fin d’après-midi ensoleillée. Adeline et Laurent, 24 et 23 ans, savourent un petit café en terrasse. “Tara, il ne ressemble pas à tous les voiliers. On le reconnaît dans la rade”.
Dans un autre coin de la place, Jeannine, septuagénaire, profite elle aussi du beau temps. Elle regrette seulement que le bateau “ne puisse pas être visité. Sinon c’est vraiment important de se soucier de la nature comme ça… enfin pas pour nous, on est vieux maintenant, mais pour vous demain !”.
Jean slim et longue mèche, la nouvelle génération tarde un peu à prendre conscience de l’urgence climatique. Amaury, 15 ans, se souvient seulement “d’une fille qui est venue en parler dans mon école. Tara c’était une expédition sur la banquise”. Floriane, au bout du banc sur lequel ils sont tous assis, se lève soudainement : “Moi je suis volontaire pour partir avec eux autour du monde !”.

Un petit tour pour finir, du côté de la rue de Lanveur. Le docteur Farel jette un œil appréciateur sur le parcours : “c’est pas mal votre périple ! Tous ces gros bateaux nous ont fait rêver, nous les anciens soixante-huitards. Il y a tout un mythe de la mer. Pour votre génération il y a moins d’occasions de rêver. Alors c’est bien qu’il y ait des aventures humaines comme Tara, sans compétition”.

Une chose est sûre les Lorientais sont attachés au bateau et le connaissent bien. Cela fait maintenant presque 4 ans que Tara a établi son camp de base dans la ville morbihannaise notamment grâce à la volonté de Norbert Métairie, maire de Lorient et président de Cap l’Orient agglomération. Ces dernières années, tous les travaux importants de la goélette ont été réalisés avec la compétence des entreprises locales. Le choix de Lorient comme port de rattachement a été stratégique : dans un rayon de 50 km se trouvent 70 % des entreprises nautiques bretonnes: accastillage, voilerie, électronique, gréements, mâts, sécurité… au service du pôle course au large d’envergure européenne de Lorient.

Choix stratégique mais choix affectif aussi. En  faisant partager aux habitants de l’agglomération, et tout particulièrement aux scolaires, ses aventures scientifiques et humaines au service de la protection de l’Environnement, Tara s’est fait une vraie place dans le cœur des Lorientais.