J-5

©

31 août 2009

J – 5

C’est dimanche alors nous nous sommes contentés de :
ranger, câbler, réparer, empiler, connecter, dégraisser, débloquer, charger, nettoyer, lister, déblayer, peindre, laver, vernir, boulonner, visser… trois fois rien.

Une semaine avant le départ, chaque jour est précieux. Les labos secs et humides ressemblent pour le moment à de drôles de placard remplis de matériel entassé.

Haricots verts, maïs, spaghetti, ratatouille, pêche au sirop… Marion notre cook fait provision durable en empilant les conserves sous nos lits comme un Tetris alimentaire.

A suivre lundi : le retour des scientifiques à bord

Aujourd’hui Hervé le capitaine est absent, Samuel, barbe piquante et œil bleu, dispatche calmement les tâches de la journée. Il a retrouvé Tara depuis 2 mois et demi, sur le chantier de remise à neuf du bateau. A bord, chacun a parfaitement conscience du peu de temps qu’il reste avant le départ, et personne ne rechigne à la tâche. Samuel ne semble donc pas exercer un rôle de supérieur mais plutôt de fédérateur et d’organisateur de l’équipage.

Samuel peut travailler au pont comme à la machine, dans le gréement et même en plongée sous-marine. Ses premiers pas dans le monde des expéditions remontent à 2004, dans le pacifique est, avec Clipperton, mission-inventaire de biodiversité. Samuel est alors brevet d’état de voile légère et capitaine 200 voile.
C’est là qu’il entend parler de Tara et rejoint le bateau l’année suivante pour une première expédition en Georgie. Il passe cette fois un diplôme de plongeur professionnel.

Nouvelle année, nouvelle expédition, nouvelle qualification : Samuel rejoint le projet de dérive sur la banquise de Tara, en prenant le temps de se former au préalable à la machine (mécanicien 750kW) et devient second, puis chef mécanicien.

Cette fois-ci pour Tara Oceans, Samuel est l’un des membres de l’équipage qui connaît le mieux le bateau. Il s’enthousiasme pour les buts scientifiques de ce tour du monde : “c’est un univers très peu connu ! Il y a une vie énorme dans la mer sur laquelle nous avons une responsabilité tout aussi énorme !”
Il pousse la polyvalence jusqu’à remplacer entre deux aventures, ses parents qui produisent près de Nantes, le fromage de chèvre dont nous nous régalons à bord.
“C’est sûr j’ai pas un parcours très classique, mais ce qui me plaît c’est d’apprendre quelque chose de différent à chaque fois !”

Le moment de Samuel : Ses plongées sous la glace arctique restent parmi les souvenirs les plus fascinants qu’il a ramené de ses pérégrinations. “On allait inspecter la coque du bateau. Il y un contraste hallucinant entre l’univers blanc de la surface, le noir des profondeurs et les jeux de lumières qui traversent la glace et font une architecture de toutes les couleurs. En plus on a des vraies tenues de cosmonautes pour plonger là-dessous!”

Pour vivre à bord avec Samuel : “Il y a des forces immenses qui s’exercent dans le gréement de Tara à la voile. Nous, les marins, on a l’habitude de travailler avec des gants, des chaussures de sécurité… mais pour que ça se passe bien, on ne peut pas essayer d’aider sans connaître la manière exacte de faire. Il faut trouver une harmonie dans tout ça !”

Vous suivrez les aventures de Samuel jusqu’à : Naples.

Sacha Bollet