Journal de bord de Samuel

©

21 mai 2007

Journal de bord de Samuel

Il est 3 heures du matin. Je viens de me lever pour mon quart de veille. Comme à son habitude pour la saison, le jour est là, mais tout le monde dort puisque nos montres en ont décidé ainsi. Même les chiens !

Vent de secteur Est, 16 noeuds. On dérive à 0.2 noeuds. La banquise paraît stable.
Je suis arrivé à bord il y a maintenant 15 jours, heureux d’avoir retrouvé une partie de l’équipe laissée il a 8 mois sur les côtes de Sibérie juste avant la mise en glace.
Impressionnant cette première vision de Tara qui paraît se faire engloutir par les glaces. La robustesse du navire semble faire ses preuves même si des traces du rude hiver passé sous ces hautes latitudes ont laissées leurs empreintes.
A force de pelletage, nous avons retrouvé les lignes du bateau qui nous abrite et la vie a bord s’organise pour la saison d’été.
Ex-Marin plongeur du bord, le type de navigation ayant quelque peu changé, j’embarque en temps que second mécanicien pour la suite de l’aventure et ce jusqu’au retour à bon port.
Je suis également en charge des manipulations de l’EM 31 qui, pour le programme Damoclès, effectue des mesures d’épaisseur de glace sur des portions de banquises.
Je viens d’arriver, mais déjà je sens que le temps passe vite. Entre les quarts de veille, les taches quotidiennes pour la vie à bord, l’entretien de la base et du navire ainsi que les manipulations scientifiques, les journées sont bien remplies et il ne reste que peu de temps pour sortir l’accordéon écrire un peu ou ouvrir un bouquin.
Pour le rythme et l’organisation de la base on profite sans aucun doute de l’expérience non négligeable des premiers hivernants et on reste vigilant, car l’apparition quasi quotidienne de fractures dues aux mouvements de la banquise annonce l’arriver d’une saison bien mouvementée.

Samuel Audrain.