La dépense énergétique

©

1 décembre 2006

Nicolas, le chef mécanicien est le personnage clef de la réussite de notre mission. S’il est presque débarrassé des soucis des deux moteurs de propulsion qui sont en sommeil jusqu’à la débâcle libératrice de mi 2008, il doit gérer au mieux la dépense énergétique et le bon fonctionnement des deux groupes électrogènes.

Nico, as-tu conscience de l’importance de ta mission à bord ? :« Oui, c’est d’ailleurs ma motivation quotidienne ! »
Les consommations sont-elles raisonnables ? : « Elles sont raisonnables compte tenu de notre environnement extrême et des besoins nécessaires pour mener à bien les travaux scientifiques ».
Quelles sont la ou les pannes que tu redoutes le plus ? : « Les groupes sont les pièces maîtresses de la production d’électricité, il est certain qu’une panne simultanée, scénario improbable, sur ces deux machines nous entraînerait dans la survie ! Une gîte supérieure à 35° en est un exemple, le feu d’un groupe avec propagation vers l’armoire électrique principale en est un autre». Compromettraient-elles la poursuite de l’expédition ? : « Oui, car sans électricité, pas de chauffage et aucun appareil ne fonctionnerait… ».

Tu gères aussi le chauffage à bord. C’est un sujet très sensible et important pour tout l’équipage. Est-ce un souci de plus pour toi ? : « Oui, sujet très sensible effectivement. Nous en avons eu un aperçu il y a un mois avec des problèmes de pompe de circulation. Les conséquences sont très importantes sur le confort, sur le moral, sur le travail et sur l’énergie nécessaire à l’organisme pour combattre le froid ».
Malgré tout, Nico mange de très bon appétit et dort comme un loir !

Denys