Le 86° Nord

©

7 mars 2007

Lundi 5 mars nous avions franchi le 86° nord, record pour un bateau à voile et il ne reste maintenant plus beaucoup de nord dans notre nord ! Néanmoins il faut maintenant battre le SEDOV qui, en 1940, a franchi le 86°39 Nord au cours d’une dérive involontaire de 3 ans de 1937 à 1940.

C’est toujours le point le plus nord atteint par un bateau autre que brise-glace. C’est aussi un bel exploit qui est passé inaperçu dans les pays occidentaux mais qui avait été médiatisé au pays des soviets. Ce SEDOV faisait parti d’un groupe de trois navires russes qui, en 1937, croisaient en mer de Laptev au large de la Sibérie avec des scientifiques à bord pour étudier ces régions polaires lorsque la navigation y est possible aux mois de juillet, août et septembre. Malheureusement, le vent ramenant la banquise vers eux, ils n’ont pas pu échapper à l’emprise de la glace malgré l’aide d’un brise-glace. Ils ont fait un premier hivernage en dérive et l’été suivant, un brise-glace est venu les chercher, mais le SEDOV ayant une avarie de safran est resté prisonnier des glaces avec quinze personnes à bord dont deux scientifiques pour un deuxième hivernage. Ils en ont profité pour faire des relevés météorologique, biologique et océanographique. Déjà à l’époque ils ont constaté un réchauffement sensible des températures et une diminution de l’épaisseur de la banquise par rapport aux données de Nansen cinquante années plus tôt. Ils décrivent aussi une vie animal (Ours polaire, renard) que nous n’avons pas constaté à l’exception de trois ours.
Des vent du sud prévus pour cette semaine pourraient bien nous pousser vers cet exploit.
Denys