L’eau à bord

©

25 octobre 2006

Notre vie à bord s’organise pour cette longue nuit qui approche à grands pas, nous n’avons plus que trois heures de lumière. L’eau est un sujet de préoccupation et de discussions car conditionne le confort, l’hygiène voire le plaisir.

F.Bernard/Tara Expeditions

F.Bernard/Tara Expeditions

Si l’approvisionnement avec la glace de la banquise est maintenant bien rodé tant du point de vue qualité que quantité, nous rencontrons des problèmes d’évacuation des eaux usées et des toilettes.

Malgré de nombreuses tentatives d’amélioration des conduites d’évacuation, mise en place d’une résistance chauffante au passage de coque principalement, nous n’avons pas réussi à dégeler la conduite. Il faut donc depuis quelques jours évacuer dans un récipient l’eau de la cuisine, ce qui complique les tâches ménagères. En pratique la vaisselle est faite dans des bacs, l’eau sale est transvasée dans un bidon qui est ensuite vidé dans un trou sur la banquise! Toute une expédition !
Les toilettes sont maintenant installées sur la banquise, pour le moment entre trois murs en « briques » de glaces que Gamet a taillées, le confort est relatif en raison du vent qui s’y engouffre.

Il faut relativiser nos conditions de vie quand on sait que la consommation d’eau varie de 5 litres par jour et par personne (Madagascar) à 500 litres par jour et par personne (USA) et que deux milliards de personnes sont totalement ou partiellement privées d’eau potable.

Denys