Les courants de l’Océan Indien sud influencent l’Océan Atlantique sud

©

15 juillet 2010

Les courants de l’Océan Indien sud influencent l’Océan Atlantique sud

Les courants marins de l’Océan Indien auraient une incidence sur la biodiversité et la circulation thermohaline de l’Océan Atlantique due à l’apport d’une eau plus chaude issue du courant sud équatorial Indien.

Là où Tara se trouve actuellement, le courant des Aiguilles coule à grande vitesse le long de la côte est-africaine (jusqu’à 6 nœuds). Arrivé au niveau du Cap de Bonne Espérance (autrefois nommé Cap des tempêtes), la rencontre entre ce courant et les courants atlantiques et polaires, plus froids, produit alors un phénomène de rétroflexion. Le courant des Aiguilles se retourne sur lui-même et prend la direction de l’Est dans le sud de l’Océan Indien.

Lors de cette rétroflexion le courant des Aiguilles crée des méandres qui se transforment en tourbillons tournant rapidement sur eux mêmes.
Périodiquement certains de ces tourbillons se détachent du courant et sont entrainés vers l’Océan Atlantique qu’ils traversent en direction du continent américain.

Chaque année la dynamique des tourbillons qui se succèdent dans le canal du Mozambique contrôle en partie le comportement d’alimentation et de déplacement des prédateurs marins. Par leurs conditions de température et de salinité ainsi que par la diversité des espèces piégées en leur sein ces masses tourbillonnantes influencent la circulation et la biodiversité marine de l’Atlantique sud.

Un des objectifs de l’expédition Tara Oceans est justement d’évaluer le rôle de ces masses océaniques dans l’enrichissement de l’Océan Atlantique en faune et flore.
En échantillonnant des tourbillons naissants au sud de l’Océan Indien, puis en les suivant lors de leurs pérégrinations dans l’Océan Atlantique, les scientifiques comptent approfondir les détails concernant la dissémination des gènes sur des grandes échelles océaniques.

Dernier-né des océans, l’Atlantique bénéficie encore de l’apport  de ses « grands frères » Indien et Pacifique, la régulation en cours des échanges océaniques crée une situation évolutive qui reste encore à étudier.

Gaby GORSKY et Valérian MORZADEC