Météo à bord

©

27 février 2007

A bord de Tara nous recueillons les données météo de base comme la température de l’air, sa pression, son hygrométrie et la direction des vents grâce à des capteurs disposés sur un mât météo situé à une cinquantaine de mètres du bateau.

Mais, sans rentrer dans les détails, une des études annexes porte sur la compréhension des échanges thermiques entre les masses d’air de 0 à 10 mètre de hauteur. Voila pourquoi notre station météo mesure la force des vents à 1, 2, 5 et 10 mètres de hauteur !

La station emploie également des anémomètres soniques capables de donner la direction du vent dans les 3 dimensions !

Notre mât météo est équipé d’une petite station d’acquisition automatique qui relaye via un câble les données à un des ordinateurs du bateau qui les affiche et les archivent.

Une fois le mat météo installé sur la glace, aucune opération de maintenance n’est à effectuer, sinon vérifier le bon fonctionnement de l’ensemble.

Le séjour du mat sur la glace à été entrecoupé à de nombreuses reprises suite à la débâcle et aux aléas de la glace qui nous ont obligés à rapatrier souvent le matériel sur le bateau. Non sans casse. En particulier le câble de liaison.

Maintenant que le mât est de nouveau sur la banquise, les donnes récoltées sont analysées en ce moment même dans les laboratoires en Europe. Nous pouvons d’ores et déjà observer des faits intéressants comme des écarts importants de température au cours du mois passant régulièrement de -35°C à seulement -20°C. Ces variations de températures peuvent s’opérer en l’espace de quelques heures ! La pression atmosphérique est également élevée : la moyenne se situe autours des 1017 hpa, il en est de même au pôle opposé. Les variations de pression sont analogues avec celle de nos latitudes : de 980 à 1033 hpa. L’hygrométrie reste stable et élevée, se situant dans la tranche des 80%. Les vents sont de dominance sud ouest, peu turbulent, les maximums se situent entre 30-40 nœuds (65km/h) établit, la moyenne étant proche des 10 nœuds (16 Km/h).       

Matthieu Weber.