Mission corail terminée!

©

13 juillet 2011

Le week-end se termine et avec lui la mission d’étude sur les récifs coralliens. Les derniers jours ont fait l’objet d’une « véritable stratégie d’échecs » pour Hervé Bourmaud, le capitaine, jouant avec les caprices de la météo. Mais dimanche à la sortie de la dernière plongée, les scientifiques avaient un grand sourire, le programme a été bouclé.

Les plongées à l’extérieur du lagon qui inquiétaient tout le monde à cause de l’exposition du site aux vents et à la houle ont finalement été accomplies et ont tenu toutes leurs promesses : une visibilité unique, des fonds très riches et très divers. Les yeux encore brillaient à leur évocation.

24 plongées sur 24 sites dont un hors du lagon, donc 24 heures à arpenter les fonds sous marins.

Les scientifiques, Francesca, Connie, Eric ou « Kahikai » connaissent dorénavant bien mieux les dessous des Gambier que ses sommets arborés, ils peuvent parler des forêts de coraux, du relief de ses fonds, du tombant des récifs, de l’extraordinaire transparence de ses eaux à l’extérieur de la barrière, ou des platiers foisonnant en espèces coralliennes.

Francesca Benzoni, la chef de mission a terminé d’empaqueter tous ses échantillons. Eric a emballé trois gros blocs de porites de plus de 40kg. Mais le travail est loin d’être terminé, bien au contraire, quand les échantillons arriveront aux laboratoires, des mois d’études seront nécessaires pour qu’ils livrent leurs secrets. « Tous les échantillons collectés pendant les 4 missions coraux pourraient m’occuper pendant mes vingt prochaines années! » confirme Francesca avec son sourire éclatant habituel.

« Avec des porites de 40 cm on va pouvoir retrouver des informations sur les 40 dernières années, notamment la température, la salinité, le pH. C’est le même principe que les « carottes » effectuées dans les glaces aux pôles. » explique Eric devant l’amoncellement de bagages qui commencent à envahir le pont.

« Explorer un endroit si peu étudié comme les îles Gambier était vraiment passionnant. Nous avons trouvé des espèces qui n’avaient jamais été répertoriées pour ce site, c’est aussi une grande satisfaction. Nous avons déterminé quatre grandes zones où l’état du corail est très différent, mais globalement le récif est en bonne santé. Par contre à côté de l’île Taravai, il s’est passé quelque chose il y a une quinzaine d’années qui a provoqué la mort massive des coraux. Nous avons tenté d’en savoir plus auprès de la population mais nous n’avons pas trouvé de raisons très convaincantes» continue Francesca.

« Kahikai » arrive sur le pont chargé de tous ses sacs photos. Les yeux un peu tirés mais comme tous les autres avec un grand sourire, il ajoute : « J’ai réussi à imager tous les échantillons de coraux, et j’ai aussi fait de belles images de différents petits animaux du lagon, j’adore celle des uni-branches, tu les as vue? ». « Je crois que je vais bien dormir pendant tout le trajet en avion… » ajoute-t-il.

Il va enfin pouvoir récupérer les heures de sommeil sacrifiées devant ses aquariums à photographier souvent très tard chaque nuit, poissons, méduses, ou tout bel animal dont la couleur attirait son œil lors des plongées.

Les 15 jours sont si vite passées au rythme des coraux. Le bateau-navette pour l’aéroport vient d’arriver pour emmener Francesca, « Kahikai », Eric et Claudio. Il reviendra dans l’après-midi avec la nouvelle équipe scientifique qui prend le relais pour un leg biologique jusqu’aux Marquises, et Tahiti.

Sibylle d’Orgeval

 
Nouvel équipage :
Hervé Bourmaud, capitaine.
Vincent Le Pennec second.
Mathieu Oriot marin polyvalent.
François Noël, chef mécano.
Julien Girardot, cuisinier.

Les scientifiques :
Emmanuel Reynaud est le nouveau chef scientifique.
Hervé Le Goff.
Sarah Searson.
Céline Dimier.
Noan Le Bescot.
Sophie Nicaud.