Navigation vers Nuuk (Groenland)

©

24 octobre 2013

Jeudi nous arriverons dans la matinée à Nuuk, capitale du Groenland. Tout ce mercredi l’équipe scientifique a réalisé une station longue de prélèvements qui a duré plus de 24 heures. Une journée éprouvante pour tous qui s’est achevée en milieu de soirée sous une averse de neige et une humidité que nous avions oubliées.

Débutée dès 8H00 mercredi matin, cette station restera dans les mémoires. C’est la première accomplie à l’extérieur du cercle polaire arctique depuis plusieurs mois. Certainement l’une des plus « douce » en terme de température mais avec l’humidité, la houle et le vent, elle s’est avérée plus rude que les plus récentes dans un environnement plus froid.

Toute la journée, j’ai observé ces gladiateurs de la science emmenés par Eric Karsenti, directeur scientifique de cette expédition et actuellement chef scientifique entre le Groenland et Québec. Il faut vraiment être passionné et maîtriser son sujet pour encaisser un tel rythme. Après un déjeuner chaud, avec à peine trois petits quarts d’heure de battements, plusieurs piliers de cette équipe se sont assoupis quelques minutes sur les banquettes du carré.

Pour sonder la surface et la profondeur de 350 mètres où se nichent en dessous des eaux froides polaires les eaux atlantiques, le « team » science a du déployer huit fois la rosette, sans compter des dizaines de filets. Il y avait encore une fois profusion de vie mais plutôt en profondeur.

Cette nuit, nous faisons route au moteur vers Nuuk, la capitale du Groenland avec ces 15.000 habitants. Pour ici, c’est une grande ville. Nous l’atteindrons demain en milieu de matinée, elle se situe à peine à 130 kilomètres de nous vers le sud-est.
Nous y resterons au mouillage une journée avant de rejoindre à nouveau le Détroit de Davis et rapidement le centre de la Mer du Labrador où devrait avoir une dernière station scientifique avant Québec.

Cette traversée est surveillée de près depuis plusieurs jours par Martin Hertau, notre capitaine. Deux dépressions assez creuses balaient en ce moment tour à tour cette zone, et nous allons essayer de passer entre les gouttes tout en respectant le « timing » d’arrivée le 10 novembre.

Vincent Hilaire

Cliquez ici pour voir toutes les photos de l’expédition