Nouvelles étapes : inspection des puits de dérive et réaménagement intérieur

©

7 mai 2009

Nouvelles étapes : inspection des puits de dérive et réaménagement intérieur

L’élévateur vient prendre délicatement les 130 tonnes de Tara et doucement le soulève de quelques mètres afin de permettre la descente des deux dérives. Puis, le bateau est calé en position haute à l’aide de lourds morceaux de bois appelé tin. Cette manœuvre va nous permettre de vérifier les intérieurs des puits de dérive afin de repasser une peinture qui aidera  à la protection de ces parties peu accessibles.

À l’aide d’un petit lapidaire, tour à tour, François, Mathilde, Yoann et Baptiste vont se relayer pour réaliser ce travail. Bloqués dans le petit espace du puit de dérive, armés de masques et de lunettes, ils poncent l’aluminium afin de rendre la surface propre pour pouvoir mettre de la peinture qui va éviter la corrosion. Un extracteur d’air est mis en place afin de rendre les conditions de travail un peu moins pénibles.

Dans le brouhaha de la matière travaillée par les machines et les coups de marteaux, Guénael et Christophe de la société Breiz isolation sculptent avec précision des plaques d’isolation sur les parois mises à nu de la salle des machines et de l’atelier. Travail minutieux qui demande beaucoup de patience car, l’isolation phonique et thermique à bord du navire, amené à naviguer dans les conditions les plus extrêmes de la planète, est vitale.

Depuis 20 ans, beaucoup de progrès ont été réalisés dans ce domaine permettant de réaliser de grosses économies d’énergie dans le milieu de la construction et du bâtiment. Les mêmes techniques, avec les normes maritimes, sont appliquées actuellement a bord de Tara, réduisant du même coup pour une même performance l’épaisseur des plaques d’isolation. Cela permet aussi de disposer d’espaces de rangement supplémentaires.

Le rythme du chantier est toujours  soutenu, et nous passons maintenant à une autre étape, celle du réaménagement intérieur. Les discussions, puis les plans dessinés, laissent apparaîtrent la nouvelle conception du navire qui répond à la pratique de la recherche scientifique de l’expédition Tara Oceans. Déjà, nous avons hâte de voir notre « baleine » prête à reprendre la mer.