Pas de « Tara Arctic » sans partenaires techniques

©

2 octobre 2007

Comme un équipage est une somme de compétences  subtilement choisies et utilisées, Tara Expéditions est le fruit de partenariats  précis. Dénominateur commun : la résistance au froid.

Les marins, professionnels et amateurs connaissent tous cette marque : Sika. C’est un petit peu comme le « Frigidaire », alias le frigo pour conserver les aliments. Dans Tara, le sika noir est présent à peu près partout pour assurer l’étanchéité. Les hublots du carré par exemple sont totalement  isolés grâce au Sika. Des réserves  de ce produit de grande qualité permettraient  même en cas de destruction du plexiglas, de reconstituer un hublot de fortune avec du bois.
Le sika, c’est comme une pâte qui colle progressivement, sèche ensuite mais surtout ne casse pas au contact des grands froids. Le sika s’est révélé tellement bien adapté pour ces latitudes qu’il a même servi pour les connections du mât météo par exemple. Un mât avec ses anémomètres et ses capteurs de températures  qui fonctionne de jour comme de nuit sur la banquise.

Autre partenaire de cette aventure  humaine scientifique et matérielle: Primagaz. La cuisine revêt dans la vie du bateau une importance majeure. Après plusieurs heures passées à l’extérieur dans des températures de – 20°C, un bon plat chaud cuisiné au gaz réchauffe le corps et l’esprit. En plus, « la répartition sur le pont de ces vingt grandes bouteilles vertes permet de travailler  l’assiette du bateau » souligne avec humour Hervé, le capitaine de Tara. Et d’ajouter toujours sur le mode humoristique, « pour la prochaine expé il faut simplement qu’il prévoit des poignées comme pour les petites bouteilles de maison ».

Pour les dix occupants du bord l’une des activités quotidiennes majeures, c’est de couper la glace. La plupart du temps nous faisons d’abord des trous pour les expériences scientifiques. Des treuils descendent des sondes à 2 000 mètres de fonds tous les deux jours pour analyser la salinité et les couches d’eau de l’Océan Arctique. Il faut parfois aussi dégager le bateau lorsqu’il est pris entre des crêtes de glace. Pour tout ce travail, y compris pour couper du bois, les tronçonneuses Stihl se sont révélées  adaptées. Toujours en verve, Hervé a une formule très imagée pour résumé l’intérêt de ces tronçonneuses : « la Stihl, c’est le couteau de l’Arctique ».

Reste enfin les partenaires électroniques. Sécurité garantie lors des sorties lointaines sur la glace grâce à Icom et ses VHF. Enregistrement de données sur les increvables ordinateurs Toughbook de Panasonic. Des ordinateurs résistants à tous les chocs et au froid extrême. Impossible d’oublier les appareils photos Canon. Il y a deux  EOS 350 D à bord. Avec les phénomènes météo exceptionnels que nous avons la chance d’observer sur Tara, ces boîtiers et leurs objectifs nous suivent partout sur la glace et vous permettent de partager avec  nous ces merveilles.

À tous ces partenaires félicitations, car tous « leurs bébés » ont absolument trouvé  leur place à bord. Ils peuvent être fiers de leurs réalisations  et comme pour Tara,  de la passion déployée par les femmes et les hommes qui composent « leurs équipages ».